Play – Replay Robert Cahen

L’espace d’art contemporain André Malraux à Colmar pointe son objectif sur la vidéo.
« Play — Replay » propose trois regards, jusqu’au 15 février 2009.
robert-cahen2.1233786395.jpgRobert Cahen l’un des pionniers du genre,  présente des travaux réalisés durant les dix premières années de sa carrière de vidéaste, entre 1973 et 1983.  Le spectateur a une sorte d’historique de l’art vidéo. Il laisse parler la camera, de façon libre, audacieuse, mais aussi poétique. Il fait une plongée onirique, presque surréaliste, dans un univers ondulant et imaginaire.
Né à Valence, Il se partage entre Mulhouse et Paris. Diplômé du Concervatoire National Supérieur de Musique de Paris en 1971, il intègre le Groupe de Recherche Musical (GRM) de l’ ORTF et expérimente les médiums artistiques.
Il réalise une installation vidéo permanente à Lille sur le site Euralille (1995) et participe avec ses installations vidéo depuis 1997 à différentes expositions internationales d’Art Contemporain : Suisse, Italie, Allemagne, Canada, Pérou, USA, France : Frac Sélestat.

Lauréat de la Villa Médicis Hors les Murs en 1992, son oeuvre 7 visions fugitives remporte le Grand prix du Videokunstpreis du ZKM et de la SDR en 1995.

À ses côtés s’installent deux jeunes femmes sorties des ateliers d’arts plastiques de Colmar : Catherine Meyer-Baud et Céline Trouillet., dont je vous parlerais dans un autre billet.
Robert Cahen sculpte le temps” Marc MERCIER,
Dans sa toute première œuvre, il aborde son premier essai vidéo : L’invitation au voyage, sur un poème du psychanalyste Jo Attié, encore empreint de son expérience de chercheur qui tente toujours d’expérimnter les machines à contre-courant sans but précis, mais avec une démarche très personnel. Selon ses propres mots, il met beaucoup de lui-même dans ce film tel : « Un jeune auteur qui découvre un nouveau langage auquel il apporte sa propre poétique »cimg0003.1233786273.JPG
Traduire le mouvement, la pesanteur des choses qui tombent ou le temps font partis des thèmes de réflexion récurrents dans son travail, comme le montre l’importance qu’y prend le ralenti
Sur le quai, (1978)  est un travail en noir et blanc sur le ralenti qui « fictionne la réalité », constitué d’un seul plan de séquence. Ce court métrage, qui fait allusion à sa manière, à « l’arrivée d’un train des frères Lumière » fut tourné avec une caméra à très grande vitesse, dans le but de rendre les mouvements des personnes et des objets quasi imperceptibles. La vitesse du train est comme arrêtée et l’image, comme suspendue en équilibre sur la frontière en tre le mouvement et l’immobilité, objet de fascination pour Robert Cahen.
Il réalise en 1983, Juste le Temps, fiction vidéo de treize minutes, considérée comme une oeuvre charnière pour la vidéo des années 80 Cette oeuvre est achetée par le Moma à New York ou par le centre Pompidou à Paris.
Horizontales couleurs, le Spectotron,  ( 1979 )est un film de 16 mn entièrement réalisé grâce à un synthétiseur-vidéo. Appareils qui génèrent des formes à partir de constituants électroniques. Appareils dont le créateur est Nam June Paik.
Entr’aperçu (1980) est constitué d’une superposition d’image, où se meuvent des objets en mouvement, des paysages à la Magritte, la foire du Trône, les manèges, un train, un oiseau qui traverse le paysage, la pluie, une péniche, voilés par une résille, qui incite à voir et à revoir le mystère créé
robert-cahen-cartes-postales.1233786794.JPGEnsuite c’est une série de vidéos, présentées comme des cartes postales de paysages, paysages qui s’animent, prennent vie, enregistrent de petits événement, surprenants, mais aussi attendus, pour revenir à son stade initial figée à nouveau, un invitation au voyage.

   Send article as PDF   

Picasso et les maîtres expliqué

picasso-l-artiste-et-sa-muse.1233590260.jpg
Si vous êtes frutrés de ne pas avoir vu cette très belle expostion, si vous avez patientez dans les queues interminables, si vous avez envie de vous y replonger, cela est possible.
Je porte à votre connaissance, les analyses détaillées, du blog Bleu de cobalt, petites chroniques picturales, que vous trouvez en lien du mien, sous la rubrique blogs amis, qui a consacré 4 billets fournis à cet évènement, que vous pouvez lire ici, , ici,et encore.

Après trois jours non-stop, 24h sur 24, l’exposition parisienne « Picasso et les maîtres » a fermé ses portes lundi soir

picasso-et-les-maitres.1233668857.jpgL’exposition du Grand Palais a accueilli plus de 780.000 visiteurs, un record. Plus de 65.000 personnes ont profité du marathon de 83 heures qui l’a conclue, de vendredi à lundi.
L’exposition en 210 chefs-d’oeuvre confrontait Picasso aux peintres qui l’ont marqué, Titien, Velasquez, Goya, Zurbaran, Rembrandt, Poussin, Manet, Cézanne ou Van Gogh.
Le succès populaire a été tel qu’il a fallu à chaque instant s’y  adapter, en élargissant les horaires et même en décidant d’une ouverture non stop pendant quatre jours et trois nuits, en réimprimant le catalogue, en augmentant  le nombre d’ateliers pour les enfants.
De ce succès, la Réunion des musées nationaux (RMN) tire au moins deux enseignements. « Même en période de  crise, ou peut-être parce que nous sommes en période de crise, l’art est une  valeur-refuge », affirme son admininstrateur général Thomas Grenon. Et la personne même de Picasso, l’accrochage qui a été un « véritable résumé d’histoire de l’art » et plus prosaïquement, l’amplitude horaire jamais atteinte à ce degré, « a amené un public nouveau, différent et renouvelé », dit-il. Le taux de primo-visiteurs, personnes qui visitent pour la première fois une exposition, a été de 55% contre 20 à 30% d’habitude.
Et des comportements que l’on n’imaginait ont été constatés, donnant matière à réflexion pour l’avenir. Si le public s’est déplacé les soirs du dernier week-end, les horaires de 6h ou 7h du matin ont aussi été réservés rapidement, par un public familial. « Jusqu’à présent, on  raisonnait en nocturne. Ouvrir tôt le matin est aussi un créneau », certains publics pouvant vouloir voir une « expo avant le bureau ou la sortie familiale à la piscine », estime Thomas Grenon.
(source France 2)

   Send article as PDF   

La bêtise

Où se loge la bêtise ? Ne la croyez pas loin de vous : elle est dans les murs, elle est le bouffon inévitable de la reine intelligence. Alain Roger, invité de Raphaël Enthoven, nous aide à la dépister dans le buisson ardent, dans une caravane betise.1233586810.jpgqui prend l’eau et même dans une boîte de cacao.

Je ne résiste pas à l’envie de vous faire partager avant sa diffusion sur Arte, ce dimanche 8 février à 12 h 30, la vidéo complète de l’émission. Après avoir relu le livre paru en 2004, Rien de grave, de Justine Levy, ex-épouse de Raphaël Enthoven, père du fils de Carla Bruni Sarkosy, ma curiosité est aiguisée, je regarde le beau Raphaël, qui parait en champ et contre-champ, quelque peu amusée, presque avec l’oeil de Justine. La leçon que j’en tire, c’est que j’arrêterais de clamer bêtement…  « c’est mon opinion, et je la partage » que je trouvais plutôt drôle, et j’en conviens, ne voulait strictement rien dire, et servait juste à meubler lorsque l’on est à bout d’argument.

   Send article as PDF   

Tristan et Isolde précédé de "Magicologie"

 filtre-wagner.1233507572.jpg Soirée de grâce aux Dominicains de Haute Alsace ce samedi. À la manière d’une mise en voix pour un chanteur, d’une mise en doigts pour un instrumentiste ou encore d’une mise en bouche pour un fin gourmet, en tendant l’oreille aux confidences musicales d’un «magicologue» avertis, nos  sens ont été  aiguisés pour nous ouvrir au concert et accéder à ses vertus les plus mystérieuses grâce aux clés reçues. Une transition entre notre quotidien et notre imaginaire, juste avant le concert. Inlassable Wanderer des deux rives du Rhin, musicologue, pédagogue et historien de l’art, Mathias Schillmöller a été formé à Freiburg et à Paris.
 Magicologue de naissance, il a exploré et pénétré pendant plusieurs années le monde des sortilèges musicaux de Maurice Ravel, thème principal de sa thèse de doctorat.  Avide de correspondances entre les arts et les cultures et hanté par le désir de transmettre les magies de la musique, il enseigne au Lycée Franco-Allemand et à la Hochschule für Musik de Freiburg. Avec un léger accent allemand, ce qui rajoutait au charme de son propos, vêtu avec élégance, il était plein de verve, ironique, ayant vécu assez longtemps en France, il nous révéla qu’il n’aimait pas du tout Wagner, il insistait sur sa lourdeur, détaillait les passages du livret en jouant lui-même au piano, puis les interprétant en version jazz et mimant les dialogues Tristan et Isolde, version Rap.
 Il a poursuivi sa conférence comme récitant pendant la représentation, en citant Cocteau, Baudelaire, avec une érudition et une diction formidables. Cela était un peu surréaliste et me ramenait dans un film  de Claude Chabrol, les Cousins,  où Jean Claude Brialy, déclamait du Heinrich Heine au son de la musique de Wagner et à la lueur d’un flambeau (de mémoire). 
Mathias Schillmöller  a fini pas succomber à Wagner en écoutant et en étudiant Tristan et Isolde, il a insisté sur le filtre d’amour, pour nous le faire presque goûter, afin de parvenir à l’extase, c’était jovial, mais aussi très prenant avec la musique, j’ai versé une petite larme à la mort d’Isolde.
Au buffet étaient vendu des cocktails animés par du gaz carbonique ? couleur du filtre d’amour de l’affiche
duo.1233507760.jpg.Les Airs d’Isolde étaient interprétés par Marion Amman, Isolde gracile soprano à la voix wagnérienne surprenante, accompagnée par Richard Decker, Tristan, magnifique ténor, tous les 2 interprètes magnifiques et comédiens. C’était une version expurgée de l’opéra de Wagner, ne comportant que les Airs d’Isolde, de l’acte 1 ou des duos, le prélude de l’acte 1, et le duo de la scène 5 de l’acte 1.
Une vidéo de Marc Finiels accompagnant la représentation, à l’image de ce que j’avais vu à Bastille, avec la vidéo de Bill Viola. nef-des-dominicains-de-haute-alsace.1233507678.jpg
Lorsque l’on pénétrait dans le cloître le bruit des vagues vous accompagnait jusqu’à la salle de spectacle, qui est la nef de l’église.
L’orchestre symphonique de Mulhouse – OSM – dirigé par Daniel Klajner a été chaleureusement applaudi, tout comme les solistes.  

   Send article as PDF   

Sommaire de janvier

01 janvier 2008 : Voeux 
02 janvier 2008 : Coucher de soleil australien
04 janvier 2008 : l’Epiphanie
06 janvier 2009 : La nuit des musées de Bâle
08 janvier 2009 : L’opéra au cinéma

15 janvier 2009 : George Nelson

19 janvier 2009 : Google Earth et le Prado
22 janvier 2009 : The Puppini Sisters
24 janvier 2009 : Rencontre avec François-Bernard Mâche
25 janvier 2009 : Art is Arp
28 janvier 2009 : Londres cinq filles et un garçon pour Rothko
30
janvier  2009  : La magie des Images, l’Afrique, l’Océanie, l’Art Contemporain
31 janvier 2009 : Les Révélations d’une ombre

   Send article as PDF   

les Révélations d'une Ombre

 geoges-gagnere.1233360978.jpgLe spectacle, librement inspiré de l’univers fantastique des contes d’Hoffmann, propose aux jeunes spectateurs (et aux moins jeunes les plus nombreux) la découverte de mystérieux territoires de l’ombre, mêlant danse, musique et arts numériques.
C’est la rencontre d’un magicien musicien qui capture dans son atelier le génie espiègle des ombres… Sorti de sa platitude forcée, le génie explore les facettes cachées et proliférantes de sa personnalité et, une fois apprivoisé, fait preuve de stupéfiantes capacités à habiter la matière. L’inquiétante étrangeté, si chère à Hoffmann, s’installe peu à peu… L’ivresse du pouvoir aveugle le magicien et l’apprivoisement du génie tourne au cauchemar ! La créature s’affranchit de son maître. Les rôles s’inversent. Pas à pas, un dialogue musical et visuel se reconstruit entre les deux personnages et transporte les spectateurs au cœur de propriétés insoupçonnées et surprenantes.
Pour sa première création à destination du jeune public, Georges Gagneré montre que le phénomène de l’ombre permet à l’homme de mieux connaître le monde qui l’entoure, et c’est finalement l’odyssée perpétuellement renouvelée du rapport à l’autre et à l’inconnu qui se raconte, avec une poésie infinie.
La composition musicale de Tom Mays, l’accompagnement au saxophone par Xavier Rosselle, la régie audionumérique, avec les capteurs d’ Olivier Pfeiffer, les lumières Nathalie Perrier, la réalisation des images, la régie vidéonumérique Renaud Rubiano, la danse Merce de Rande, permettent un spectacle tout de tendresse, de fantaisie dans l’univers de l’imaginaire. Un retour à l’enfance, ce vendredi 30 janvier à la Filature de Mulhouse

   Send article as PDF   

La Magie des Images, l'Afrique, l'Océanie et l'art moderne

portrait-en-plumes-kii-hulu-manu-du-dieu-de-la-guerre-kukailimoku.1233265914.jpgLa Magie des images – l’Afrique, l’Océanie et l’art moderne », présentée à Bâle, à la Fondation Beyeler,  à la fois la réunion la plus riche d’oeuvres africaines et océaniennes que l’on ait vue depuis longtemps et une expérience artistique bluffante.
Cette exposition instaure un dialogue captivant qui témoigne de la contribution irremplaçable de l’Afrique et de l’Océanie à l’histoire de l’art mondiale.
 Au mur des Nymphéas, de Monet ; et, devant elle, au sol, deux longues sculptures de crocodile de Nouvelle-Guinée, une idée déconcertante. l’association est-elle une symbolique de l’initiation, par le fleuve et le crocodile ?
Chaque salle – il y en a douze – associe un artiste à une esthétique et une provenance, Cézanne et les Sénoufo, Miro et les Dogon, Léger et les Mumuye, Klee et les îles Cook, Picasso et les « fétiches à clous » des Vili et des Yombe. Quelques prêts provenant de la prestigieuse collection Barbier Muller de Genève viennent compléter les toiles de la Fondation Beyeler. Quelques 180 pièces, présentées comme seule la Fondation Beyeler excelle dans ce domaine. Pour une novice de l’art africain et océanien, comme moi c’est un bonheur sans limite, une occasion formidable de m’initier quelque peu à cet art, où culture, artisanat et culte sont expliqués, que j’avais tenté d’approcher au Quai Branly et au musée Dapper. Ici elles vous invitent au regard, par la polychromie et la diversité des objets présentés dans un choix judicieux et unique, qui semble une évidence et qui vous laisse pantois. On comprend aussi où les artistes comme Picasso, Vlaminck et d’autres étaient inspirés par ces visages et cette culture.  Le regard provocateur des grands yeux en fragments de nacre et la bouche grimaçante, abondamment pourvue de crocs de dents de chiens, les plumes de coloration rouge vif, sont une représentation du Dieu de la guerre Kübâ’ilimoku, il fait partie d’un groupe de huit sculptures en plumes acquises lors du troisième voyage de James Cook à Hawaï, (assassiné lors de son retour involontaire) Les images en plumes étaient fichées sur un bâton et menées en procession en l’honneur des dieux lors des expéditions guerrières. Elles associaient forces vitales divines et revendications profanes du pouvoir. La toile rouge de Rothko est en parfaite résonance avec ce guerrier.mabuiag-rothko.1233415745.jpg
Par contre je n’ai pas trouvé de correspondance entre Mondrian et les sculptures malagan, est-ce à cause des codifications, cérémonies funéraires pour les uns, l’arbre pour l’autre ? Les Mumuye  du Nigéria avec leur coiffe de « Bécassine » sont en parfaite concordance avec la magnifique sculpture de Hans Arp et la toile de Fernand Léger.
Après avoir visiter cette nouvelle présentation, on ne peut rester indifférent à cet art. Je ne peux que vous encourager à vous précipiter pour cette exposition visible jusqu’au 24 mai 2009. Sans oublier l’exposition sur les Nagas au musée des cultures de Bâle jusqu’au 17 mai ni le Musée Tinguely qui présente le cabinet de curiosités de Ted Scapa : un mélange haut en couleurs d’œuvres d’art, d’objets artisanaux et d’objets curieux, jusqu’au 19 avril. L’ exposition Venise  à la Fondation Beyeler se termine le 15 février, 4 bonnes raisons pour faire un petit saut dans la ville de Federer, d’Erasme et de Holbein.
ypwom.1233490582.jpg Vous pouvez lire ici le billet plus détaillé de Détours des Mondes, mon amie Lyliana, spécialiste de l’art africain et océanien, ancienne élève et diplômée de l’école du Louvre, conférencière, qui m’a permis de bénéficier d’une visite guidée commentée par elle, avec force détails et brio.
photo 1 provenant du dépliant de la Fondation

 photo 2 de presse, ne concerne pas le guerrier

 photo 3 provenant du blog de Détours des Mondes

   Send article as PDF   

Londres 5 filles et 1 garçon pour Rothko

Moi je plagie ? Rassurez-vous, il n’y a pas eu d’enterrement. C’était une belle équipée, qui partait ce 22 janvier à la découverte des joies de la capitale de la brume. Cette fois je m’étais entourée de gardes du corps et du coeur. 
rothko-national-gallery-of-art-washington.1233102294.jpgPour nous mettre dans le bain, les grilles du métro se ferment, pour laisser sortir un nombre incessant de passagers et restent closes pendant un bon quart d’heure. Devant le flegme manifesté par les usagers nous en faisons autant et nous patientons. Ce qui nous fait arriver devant la Tate Modern avant l’heure.  cimg0014-medium.1233103241.JPGTout d’abord nous allons au 7 ème étage pour contempler la vue, sur la cathédrale St Paul, la Tamise, mais aussi les affreuses grues qui défigurent les paysages urbains du monde entier.
La foule est là, pour admirer la réunion de 16 toiles, qui avaient été commandées au nombre de trente pour des peintures murales destinées au restaurant les quatre saisons dans le Seagram Building de Londres. Mark Rothko en avait offert 9 à la Tate Gallery. Cela me permet de dire que j’ai apprécié davantage l’intimité de la Rothko room, plus sombre, moins facile d’approche, les toiles se méritent, il faut les laisser monter vers vous, les couleurs se révèlent au fur et à mesure, il faut y revenir sans cesse, passer et repasser, les considérer sous un autre angle, se rapprocher s’éloigner, le mystère demeure, le moment est intense.
Mark Rothko renonça à poursuivre et à terminer son travail. Ses peintures sont dominées par des pigments sombres, pétries de tragique. Sa palette décline le brun, le rouge, le noir, certaines toiles paraissent singulièrement éteintes si on les compare au jaune, bleu et rose, plus connues. Parfois le contraste avec le rectangle est à peine perceptible, ainsi on comprend ce que Dore Ashton a appelé « une expression sans dieu de la divinité » L’exploration au coeur des ténèbres se poursuit dans l’exposition avec les cycle Black-Form, les oeuvres sur papier Brown on Grey et son ultime série, Black and Grey.

« Je ne m’intéresse pas au rapport entre les couleurs et la forme ni a rien de tel. La seule chose qui m’intéresse, c’est d’exprimer des sentiments humains fondamentaux, la tragédie, l’extase, le destin funeste et ce genre de chose »
Mark Rothko

En 2001, la Fondation Beyeler présentait, grâce aux liens tissés avec le fils Christopher une exposition intitulée « Mark Rothko – Union approfondie entre peinture et spectateur

En 2006, La Filature de Mulhouse à l’issue d’une conférence d’Isy Morgensztern, un film écrit et réalisé par celui-ci a été projeté sur la vie et l’oeuvre de Mark Rothko, intitulé : The Rothko Chapel Project. Depuis le film existe dans le commerce.
Un concert a complété idéalement cet évènement.

En hommage à son ami disparu Mark Rothko, Morton Feldman a composé une musique en se fondant sur les quatorze grandes toiles que Rothko avaient peintes pour « la Chapelle Rothko » (Houston, Texas), lieu de culte et de recueillement. De l’espace créé par la chapelle, dans laquelle le visiteur se trouve environné par les toiles, Feldman a retenu l’essence purement émotionnelle. Gualtiero Dazzi, sans imiter Feldman, mais en se donnant comme contrainte d’employer la même distribution, donne une autre lecture sensible du lieu : il rend à son tour hommage au peintre, en introduisant dans son écriture, l’ode magnifique du poète John Taggart, dédiée aussi à la Chapelle Rothko. Enfin, Georges Bloch s’attache à ce qui, dans la musique de Feldman, s’entend sans que cela y soit : une activité intense, fébrile presque, qui se dissimule derrière la lenteur et le pianissimo. Un seul concert, trois œuvres en écho, qui permettent de comprendre que dans la peinture comme dans la musique, c’est l’émotion qui est au centre de l’œuvre. Ce que les compositeurs proposent ici est certes un hommage au peintre, mais plus encore à sa volonté d’œcuménisme : un hommage au public. Gualtiero Dazzi est un compositeur cosmopolite et polyglotte, dont on dit « qu’il vous réconcilie avec l’art lyrique ». Loin de tout refuge idéologique réducteur, il bâtit son œuvre à partir des influences les plus diverses ou sur la base de rencontres avec d’autres disciplines artistiques. Ce fut un moment de pure émotion.

 

Ce fut une journée pleine de joie, de bonheur et d’amitié partagés, je regrette que vous n’ayez pas participé aux évènemens antérieurs à Beyeler et à la Filature.

Pour ceux qui sont allés à la National Gallery et à la Courtauld Gallery, et celle qui a été fouillée non seulement au corps, mais dans son bagage, qui a dû abandonner son entremets, qu’elle comptait déguster en attendant l’embarquement, par la sécurité sous mon oeil connaisseur, mais néanmoins intéressé,  je leur laisse la parole…

 

Je vous dis à bientôt pour une autre incursion dans le domaine de l’art.

 

photo n° 1 provient du site de la Tate, photo n° 2 de l’auteur

pour la diversité des polices je donne ma langue au chat … je plaide non coupable.

   Send article as PDF   

Art is Arp

arp-lutin.1232855931.jpgHomme libre Hans Arp ne veut pas mettre de frontière entre les gens, les pays, qu' il  traverse. Né en 1886 à Strasbourg, il est allemand et se prénomme Hans, il s’appellera Jean en 1926 lorsqu’il devient français. Avant d’être un sculpteur c’est d’abord un poète. Ses œuvres sont conçues pour se fondre dans la nature. Images joyeuses, ludiques, facétieuses, mais aussi dramatiques en raison de ses origines, déchiré entre deux cultures, il les raconte à travers son travail politique. Le processus de création est le fil conducteur de l’exposition.
  L’ovale sous toutes ses formes, il l’étend, le divise, le peint,  se l’approprie comme un processus génétique. Abstraction et surréalisme est la synthèse de cet artiste cosmopolite. Mais au terme d’abstraction il préfère celui d’ « art concret ». Il annonce, « nous voulons produire comme une plante qui produit un fruit et non pas reproduire. »arp-roue-oriflamme-gianadda.1232856194.jpg

Il créé un véritable langage, l’ovale est d’une grande cohérence dans son art. Il laisse faire le hasard, soit il l’invente.

 « Je suis né dans la nature, je suis né à Strasbourg, je suis né dans un nuage », avec l’alsacien Hans Peter Wilhelm Arp, le triple jeu de la langue marque son identité à l’ombre de la cathédrale.

C’est à Strasbourg qu’il participe à la transformation de l’Aubette, en collaboration avec sa femme Sophie Taeuber et avec l’artiste  Theo van Doesburg. Travail considéré, comme la chapelle Sixtine de l’art moderne, car c’était l’implication de tous les principes de l’œuvre d’art totale.

C’est au cabaret Voltaire à Zurich, qu’il signe l’acte de naissance du mouvement Dada, avec Tristan Tsara. C’est là qu’il crée le « nombril du monde » « Dada est pour la nature et contre l’art » Mais aussi les cadavres exquis et toute la création Dada, les collages, les papiers déchirés reflet de l’actualité oppressante et dramatique.
arp1.1232856033.JPGPuis c’est Paris, puis Clamart Meudon, havre de paix où il séjourne avec l’amour de sa vie Sophie Trauber Arp, qu’il se met réellement à la sculpture.

Ces créations renvoient à des formes archaïques, intemporelles, oniriques, symboliques, inspirées par la nature (l’œuf, le nuage, le nombril, l’embryon) C’est une poésie personnelle, des collages en forme de poèmes, des poèmes enforme de collage, tout est cohérent. Il concilie, l’humain, la nature, les courbes géométriques, dans une belle harmonie. Cela aboutit à des formes biologiques mais aussi à un abécédaire secret, en quête d’origine primitive.

C’est ici que le terme concrétion prend toute sa signification.

 Tantôt torse, tantôt vase, tantôt femme, tantôt animal, les formes arrondies, ondoyantes et fluides révèlent un univers épuré.

C’est au cimetière de Locarno, qu’il est enterré, la Villa Arp, foisonne de son abondante production  (800 pièces) et certaines de ses créations prêtées, sont visibles à l’exposition de Strasbourg, comme la femme paysage, les 3 grâces, fruit de lune. la femme amphore,  ailleurs des  tables-forêts. Il mélange les règnes, les échelles, unit, dans ses  » constellations ».

Proche de Miro et de Klee, Arp a un imaginaire débordant, que l’on peut parcourir parmi les 180 objets, qu’expose le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg, à l’occasion de son 10ieme anniversaire et ceci jusqu’au 15 février 2009.

le livre de l’exposition et la vidéo de FR3

 photos 2 et 3 de l’auteur les oeuvres se trouvent à la Fondation Gianadda – Martigny – Valais   Suisse

   Send article as PDF   

Rencontre avec François-Bernard Mâche


Hélène Mouty a rencontré le compositeur François-Bernard Mâche
Rencontre avec François-Bernard Mâche samedi 10 janvier 2009 à la médiathèque de Sélestat (67) à propos de sa dernière création qui s’appelle Perseus et qui à été interprétée dimanche 11 janvier par l’ensemble de musique de chambre La Follia et l’ensemble Accroche Note.   Tout au long de cette rencontre, nous avons eu le privilège de faire sa connaissance à travers son parcours de compositeur et par le biais de ses œuvres. Il y a beaucoup à dire sur ce compositeur, son parcours et ses œuvres.   Voici un résumé de cette rencontre et quelques éléments nous permettant de découvrir et de comprendre sa musique.   Issu d’une famille de musiciens depuis trois générations où l’on jouait du violon, il a mené parallèlement deux carrières: universitaire et musicale. En tant que musicien, il a été pianiste et en tant qu’universitaire, il est diplômé (en autre) d’archéologie grecque et d’agrégation en lettres classiques. Il a même obtenu un prix de philosophie de la musique. Suite à l’obtention de son doctorat d’état de musicologie, il a dirigé pendant une dizaine d’années le département musique à l’université de Strasbourg où il à créé le centre Primus en 1985 qui à été la première formation en France de recherche en informatique musicale.Tonmeister.   Dates importantes  

   
1985 Création du centre PRIMUS (Polyèdre de recherche en informatique musicale) par F.-B. Mâche et Othon Schneider
   
1988 Ouverture de la première formation française d’ingénieur du son à capacité musicale (Tonmeister) soutenue par des partenaires locaux, puis par l’association PRIMUS créée à cette fin.  En 1994, il à été recruté comme directeur de recherches à l’École pratique des Hautes Etudes en Sciences sociales.

    Considéré comme l’un des rares représentants du courant dit naturaliste, il sait  mettre en lumière les rapports de structure entre les lois de l’univers et les formes sonores, des plus élémentaires aux plus complexes. Tout ce qui existe dans l’univers et ce qui se présente à nous sous une forme sonore recèle un certain  nombre d’archétypes fondamentaux que l’on peut retrouver dans toutes les compositions musicales. Comme d’autres compositeurs tels que Debussy (qui l’influencera très fortement tout comme Varèse), Messiaen, dont il à été l’élève, ou Xenakis, dont il à été très proche, il étudie les chants d’oiseaux , s’intéresse aux langues anciennes, décode les cris d’animaux et les bruits du monde environnant et, au-delà des sons il à utilisé la nature et l’a transformé à sa manière pour la révéler comme étant musicale.
Ainsi, Les bruits, les sonorités du monde végétal ou animal se retrouvent dans Rituel d’oubli (1969) pour instruments et bande magnétique.    
 A la question de savoir quelle est l’essence même de la musique, F.B. Mâche termine sa réponse par une évidence qui à la fois déconcerte; la musique reste un mystère pour le cerveau. Cette part de mystère et le sens du sacré est omniprésent dans ces œuvres car bien souvent, le titre comporte une signification qu’il s’agit de décrypter.  
 Ainsi, Korwar qui à été écrit en 1972 est un mot qui s’apparente aux peuples de la Nouvelle-Guinée pour qui le crâne, réservoir de force spirituelle fait l’objet d’une conservation attentive dans une sorte de meuble de bois. C’est donc à la fois une sculpture mais c’est aussi un objet éminemment naturel et brut. Peut-être faut-il y voir un lien avec son passé d’archéologue et cet intérêt pour les cultures extraeuropéennes, africaines et asiatiques. La composition sur bande magnétique est entièrement faite de sons naturels, y compris des sons parlés en langue d’Afrique du sud, ayant emprunté au Hottentot une série de phonèmes claquants produisant une riche percussion vocale.  
Ses oeuvres se rapprochent également de ce que l’on appelle l’esthétique de l’hybride où sont utilisées des moyens informatiques, mélangeant des sons de synthèse et des instrument traditionnels, créant des illusions auditives et des anamorphoses de timbres. D’autres sons incluent des cris d’animaux comme les  baleines, porcs, crevettes, ainsi que les bruits de la mer, du vent et de la pluie.   Ce genre d’œuvres constitue un tiers de son catalogue.
Ainsi, nous pouvons apprécier la diversité des timbres, dans Kassandra en 1977 pour 14 instruments à vent, deux pianos et, percussion et bande magnétique. Quand on appréhende ses œuvres, on utilise à juste titre l’appellation de zoomusicologue. 
   Son imaginaire fait également de F.B.Mâche un compositeur qui sait insuffler et dévoiler le sens du sacré et du rite à travers la mythologie grecque, les références à des terres lointaines, l’utilisation de langues très anciennes connues seulement par les archéologues.
Plus qu’un compositeur, il fait l’éloge de l’antique à travers les civilisations, en rassemblant ses connaissances littéraires, archéologiques et musicales et en créant ainsi un parcours de compositeur atypique.   Ainsi, les trois chants sacrés; Muwatalli, Rasna et Maponos, sont écrits pour voix de femme solo avec un léger accompagnement d’un petit instrument à percussion.  Ce dispositif ainsi que le style vocal adopté dans ces pièces fait nettement référence à quelque rituel immémorial et place ainsi cette composition dans la sphère de la musique ethnique ou traditionnelle.
 Par exemple, dans Muwatalli (qui fut l’adversaire du Pharaon Ramsès II), il s’agit d’un texte en hittite, la plus ancienne langue d’origine indo-européenne.  
Dans Rasna, c’est la langue étrusque qui est utilisée et Rasna est le nom par lequel les étrusques se nommaient eux-mêmes. Le texte était conservé sur les bandelettes d’une momie. On suppose qu’il s’agit de textes religieux.  

Pionnier dans l’art de mettre en musique une langue ou des paroles, il écrit dès 1964 une oeuvre à partir d’une analyse de sonogrammes. Cette oeuvre s’appelle Le son d’une voix. C’est aussi une approche de la musique spectrale.

Pour information, un sonogramme est une représentation d’un signal sonore, calculée en général avec le temps en abscisse et la fréquence en ordonnée.   De par  son intérêt pour l’esthétique classique, il a consacré des figures de la mythologie. Par exemple, Danaé, Andromède, Cassandre, Styx, Phenix, autant de personnages que l’on retrouve d’abord dans les titres de ses œuvres. Il à publié à cet égard un livre qui s’intitule Musique, mythe, nature.  

Son univers musical est un véritable laboratoire d’expériences musicales, informatiques,

   Send article as PDF