Coronavirus #Mulhouse Resiste

Magritte était précurseur


Ce 7 février, je ricanais bêtement au fond de moi, lorsque cette jeune cardiologue, m’a accueillie, dans la salle d’attente de son cabinet, avec un masque chirurgical sur le visage. Petite, en fait de ma taille, blonde, elle était accompagnée d’une jeune stagiaire.A ce moment je n’ai eu qu’un regret, c’est de ne pas avoir le culot de les prendre en photos avec mon Iphone et de suivre le commun des mortels et poster cette vision saugrenue sur ma page FaceBook. Dans son cabinet c’était épique, en même temps qu’elle me posait des questions, à travers le masque, avec son accent polonais, elle donnait des explications à la stagiaire.
Moi j’avais beaucoup de mal à comprendre ce qu’elle me disait, assise au-delà de son bureau, à travers le masque et avec son accent. Je me suis dit que j’en ferai peut-être une chronique, mais j’étais loin d’imaginer, le Tsunami qui allait déferler sur ma région, puis sur la France entière.

C’est un sentiment étrange, une sensation de guérilla. Puis cela devient surréaliste, d’abord c’est notre région qui est impactée, à cause du rassemblement de l’église évangélique (17 février). Elle n’a jamais été pour la plupart d’entre nous en « odeur de sainteté »

Des dispositions de restrictions de fermetures régionales sont prises.

Puis après l’annonce du président Macron du 12 mars, les annonces de fermeture momentanée pleuvent.  Je n’étais pas allée voter, moins par prudence que, parce que je n’avais pas de préférence affirmée pour un candidat.

Pour moi qui avais, à contre cœur annulé mes voyages à Paris, la SNCF annonce le remboursement sans frais des voyages jusqu’au 30 avril.

Je suis encore tentée de partir, mais ce soir 13 mars, les mails d’annulation remplissent ma boîte et soulagée, je le reconnais, je suis rassurée d’avoir annulé mes escapades. J’avais bien envisagé d’aller faire un tour en Suisse, mais là aussi, un à un les musées me préviennent de leur fermeture provisoire.

16 mars, j’ai annulé mon option TGV pour l’exposition à la Fondation Vuitton.

JR est allé faire les courses comme à son habitude le lundi. Les magasins sont bondés, les charriots débordent de victuailles.
Il y est retourné mercredi, c’était très calme.

FB déborde de blagues stupides, de fake news et autres turpitudes

Les gens n’ont pas conscience de la gravité de la situation.

Les transports en commun sont en réduction.
Un hôpital militaire de fortune va être construit sur le parking de l’hôpital du Moenschberg.
De temps à autre on entend le passage d’un hélicoptère, l’angoisse monte.
Les pages du journal local dédiées aux annonces de décès, augmentent de jour en jour. Les masques manquent.

L’âge des personnes est très élevé !
La situation est devenue critique, France 2 fait un reportage sur l’hôpital mulhousien et sur le fait que les équipes soignantes manquent de protections et sont au bord de l’épuisement.
Certaines initiatives tentent d’égayer et d’occuper agréablement
le temps. Mon amie AS. n’écrit-elle pas :
Ça rend quand même un peu alcoolo ce confino-jubilatoire, non ?

Voici son initiative relatée par la presse locale

Des groupes se forment le soir, pour unir leur angoisse, mais surtout pour applaudir le personnel médical si dévoué. On apprend qu’il est à 40 % contaminé.
Nos voisins helvétiques se promènent le long du Rhin. Le monde est fou.
C’est une situation inédite, digne d’un excellent thriller, qui hélas dans l’immédiat fait des ravages.

 Le professeur Yazdan Yazdanpanah assure qu’il n’y a que l’isolement pour « arrêter le virus »Covid-19 :

« Je pense que le confinement ne va pas s’arrêter en France dans dix jours. Je pense que ça va être plus long », a expliqué celui qui fait également partie du conseil scientifique qui conseille Emmanuel Macron. « Cela dépendra un peu de la courbe de l’épidémie, du nombre de nouveau cas qu’on va voir (…) Je pense qu’il faut partir sur six semaines, quelque chose comme ça, je ne peux pas exactement dire. Mais ce sera plus que 15 jours, ce sera autour de 6 semaines probablement, voire plus. »

 

La suite l’avenir nous le dira.
Prenez bien soin de vous ou take care si vous préférez

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.