Bernard Fischbach

Ancien journaliste aux Dernières Nouvelles d’Alsace,
c’était un fidèle des salons du livre de la région
Bernard Fischbach a été directeur de la collection des
Polars Régionaux aux éditions du Bastberg pendant des années.
sa passion était l’écriture  de polars.
Il a tourné sa dernière page en ce mois de mars 2020. +

Sa moustache de gaulois faisait penser à un sosie de l’écrivain Jacques Lanzmann
Son regard clair et vif irradiait de malice.
En pantalons de velours et vestes en tweed,  il avait une allure  de gentleman farmer.
Son humour incisif et caustique se retrouvait dans ses écrits.
Il nous a quitté en ce début de mars 2020.

Polars, livres enquêtes, et romans historiques

Journaliste, Bernard Fischbach avait fait toute sa carrière aux Dernières Nouvelles d’Alsace de Mulhouse qu’il avait quittées il y a une vingtaine d’années, pour se consacrer pleinement à  l’écriture de livres. Romans policiers d’abord, il en a écrit pas moins de neuf chez plusieurs éditeurs, à commencer par le Bastberg où il avait, en 2000, fondé et dirigé la collection des polars régionaux, permettant à de nouveaux auteurs d’émerger dans les rayonnages des librairies alsaciennes.

Le Grand Est était son espace de prédilection
La Mort À Sens Unique une tueuse alsacienne !
Il y avait également publié  « Monsieur crime parfait ». Son univers romanesque était souvent imprégné de drames intimes et cruels que vivaient ses personnages, des gens ordinaires, comme dans
« Le Venin du mort », paru dans la collection des Enquêtes rhénanes du Verger éditeur. L’Odeur du crime,  
l’histoire d’Elisa, c’est tout le domaine voisin du Rhin, sur lequel elle habite, qui semble être le théâtre de drôles d’affaires où se nouent et se dénouent de sombres histoires de main-d’œuvre clandestine.

Bernard Fischbach appréciait aussi les polars plus truculents, parfois librement tirés de faits divers, rubrique qu’il avait jadis fréquentée…
en tout bien tout honneur pour les DNA.
Son « In vino veritas » , inspiré d’une affaire réelle de vengeance dans le vignoble, vaut son pesant de pépins de raisin.  Il faisait s’entrecroiser crimes passionnels et grand banditisme dans une Alsace de fiction.

Une prédilection pour la psyché humaine, une autre pour l’Histoire qu’il a déclinée au travers de trois romans (« Les révoltés d’Ottendorf », « La vengeance de Gutenberg », « Le glaive et la serpe ») et de livres-enquêtes consacrés à des pages sombres de l’histoire régionale : « Les loups noirs, autonomisme et terrorisme en Alsace », « Oradour, l’extermination »,
« Crimes sans coupable », « Rad, malgré eux ».
« Le passe-muraille du Mont-Saint-Odile », qui retrace l’enquête de gendarmerie ayant conduit à arrêter le bibliophile qui pillait la bibliothèque du monastère, s’inscrit aussi dans cette veine. On lui doit encore plusieurs livres imagés d’histoire locale.

Bernard Fischbach avait aussi donné avec bonheur dans la biographie en ressuscitant le compositeur d’origine alsacienne Émile Waldteufel (1837-1915), le Strauss français, auteur de la célèbre
« Valse des patineurs ».
Le livre qui était assorti d’un disque de la Valse du coeur, était préfacé par la  ministre de la culture et porte parole du gouvernement de l’époque (1997) Catherine Trautmann.
Dès parution d’un nouveau roman, il ne manquait jamais de me l’adresser avec une belle dédicace.

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.