Carte blanche à Zilvinas Kempinas au musée Tinguely

Jusqu’au 22 septembre 2013
Le Musée Tinguely de Bâle, a  donné « carte blanche », à Zilvinas Kempinas pour réaliser sa plus vaste exposition personnelle à ce jour.
Il dialogue avec humour et poésie avec les œuvres de Jean Tinguely.

Zilvinas Kempinas, Kakashi, 2013, Installation dans le Park Tinguely, schwimwasser plastik, Schneetangen, Vogelschreckband

 
Les oeuvres de Zilvinas Kempinas, artiste lituanien vivant à New York, sont à la fois minimalistes et cinétiques. Avec les moyens les plus simples, Kempinas crée des dispositifs complexes d’une grande beauté qui se déploient dans l’espace avec une atmosphère particulière ; ses installations jouent avec l’air et la légèreté, ses reliefs avec le temps et le hasard.
L’art de Zilvinas Kempinas se joue pour ainsi dire sur le « bright side of the moon ». La gravité y semble abolie, la palette de lumière transperce et active les matériaux des installations. Le voyage dans lequel nous entraînent ses oeuvres d’art conduit dans l’ici et le maintenant, vers des dispositifs sensoriels, agrégats d’énergie, esquisses et interventions dans l’espace. Son art crée des événements optiques et physiques, d’une esthétique envoûtante. Les moyens qu’il utilise sont simples, quotidiens et pourtant inhabituels : bande vidéo, ventilateurs, tubes néon, en symbiose avec l’espace, le rythme, l’air et la lumière. L’effet ainsi atteint est d’une grande complexité, qui captive tous les sens, modifie l’orientation du lieu et la perception du temps et du mouvement. L’observateur devient lui-même repère et acteur dans un environnement théâtral souvent minimaliste.
Zilvinas Kempinas, Light Pillars 2013, Magnetic tape, fluorescent lights 140 x 800cm each

Une de ses pièces « Beyond the Fans » est présente au Grand Palais dans l’exposition Dynamo.
Dès l’arrivée à l’abord du musée, son oeuvre  « KaKashi » 2013, multicolore brille et nous enchante de ses couleurs et de son dynamisme, sous le soleil bâlois et dialogue avec la fontaine de Jean Tinguely.
L’exposition se déploie sur quelque 1 500 m², soit quatre niveaux d’exposition, et rassemble aussi bien des travaux récemment conçus, que des oeuvres que l’on a certes déjà pu voir ailleurs mais qui se renouvellent chaque fois, selon la spécificité du lieu.
Le visiteur est accueilli par le travail Light Pillars (2013), deux grands cylindres de huit mètres de haut, librement disposés dans l’espace. Leur forme est due à plusieurs couches concentriques de bande vidéo, que des ventilateurs mettent en mouvement et font osciller ; une lumière claire émerge de l’intérieur du cylindre. Ce travail exubérant, qui capte toute l’attention du spectateur, dégage une dynamique puissante dans le hall ouvert, au milieu des grandes sculptures-machines de Tinguely.
Fountain 201, constituée de bandes magnétiques, oscille et tourne sur une roue, sans fin sur le sol du rez de chaussée, mue par un ventilateur.
Zilvinas Kempinas, Parallels, 2007, Installation Magnetbänder, Sperrholtz

Le vocabulaire de Kempinas sait cependant se faire aussi silencieux et contemplatif, comme nous pouvons le voir juste à côté, sur quelque 200 m², avec le travail Parallels (2007-2013). Ici, les bandes vidéo tendues en parallèle tout le long de la salle donnent à voir, que ce soit depuis la galerie d’en haut ou dans la salle même, l’apparence d’une
« surface aquatique ».
Dans l’un des plus beaux passages du musée, la fameuse « Barca », qui relie le rez-de-chaussée et la galerie avec sa fenêtre en bandeau ouvrant sur le Rhin, Kempinas a installé son travail Timeline (2013) : des bandes parallèles, tendues à la verticale, donnent une nouvelle orientation au regard que l’on porte à l’extérieur.
Zilvinas Kempinas, Timeline, 2013 magnetbänder, rostfreier stahl

Vu de face, le matériau des bandes semble disparaître et permet un regard dégagé sur le Rhin, tandis que le côté fenêtre semble se fermer dès que l’on déplace le regard en diagonale ou/et vers l’avant ou vers l’arrière. On assiste alors à un jeu foisonnant de diffractions et de réflexions qui se dessinent sur la surface tantôt mate, tantôt sombre et brillante.
Au deuxième niveau, parmi les quatre salles aux proportions classiques éclairées par des puits de lumière, deux autres travaux sont installés à travers tout l’espace.
Slash, comme Parallels, se compose de bandes vidéo parallèles et tendues, mais dont l’effet est étonnamment différent. Comme les bandes traversent l’espace en diagonale, l’on n’arrive pas à percevoir cet espace en perspective et les proportions deviennent floues. Dans la dernière salle, une bande semble se tenir en l’air comme par magie et virevolte le long des murs – cette poésie de la légèreté et de l’apesanteur nourrit nos rêves d’envol.
Au niveau inférieur, avec l’installation Ballroom (2010), Kempinas met en scène une démonstration d’énergie presque déroutante pour les sens : des ventilateurs, ampoules de couleurs, bandes vidéo et feuilles miroitantes se mêlent en un tout compact d’éléments dansants. C’est là comme une sorte de « modulateur d’espace lumière » dans lequel le spectateur peut perdre toute orientation.
Zilvinas Kempinas est un magicien des éléments, qui associe le naturel et l’artificiel à la manière d’un ingénieur-orphiste.
Dans une oeuvre plus ancienne, Moon Sketch (2005), il avait déjà traité avec force le contraste entre facture et effet. À partir de matériaux extrêmement simples – un rouleau de carton dont l’intérieur est peint en noir, du ruban adhésif et un cadre de diapositive –, il avait créé là un instrument pour observer le ciel, mais fonctionnant toutefois comme un périscope : posé à seulement quelques millimètres devant un mur et tourné vers celui-ci, il permet de voir quelque chose qui ressemble à la lune et ses cratères dans la lumière pâle du firmament. En réalité, nous regardons un morceau de mur d’à peine cinq centimètres de diamètre, dont la texture, la couleur blanche et l’éclairage particulier rendent cette illusion possible. Il avait représenté le pavillon lithuanien à la 53e biennale de Venise avec « Tube »
.Rien n’est caché, tout est visible. Et pourtant, tous ces effets nous emmènent en des lieux où nos habitudes optiques doivent nécessairement s’interroger.
Roland Wetzel, directeur du Musée Tinguely est commissaire de l’exposition qui a été réalisée en collaboration intime avec l’artiste.
Publication
À l’occasion de cette exposition paraîtra en Août un ouvrage édité par le Christoph Merian Verlag, intitulé « Zilvinas Kempinas. Slow Motion », avec des contributions de Kestutis Šapoka se consacrant aux premières oeuvres de l’artiste ainsi que la scène artistique lithuanienne de l’époque et son évolution vers 1990, une autre de Karine Tissot sur les nouvelles oeuvres réalisées spécialement pour le Musée Tinguely ainsi qu’une préface de Roland Wetzel et une interview de lui-même avec l’artiste :
176 pages, 80 ill., édition allemande: et  édition anglaise
Prix (librairie du Musée Tinguely) : 48 CHF
Informations générales:
Horaires d’ouverture : tous les jours, sauf le lundi, de 11h à 18h
Horaires spéciaux pendant la foire ART Basel :
lundi – dimanche, 10 – 16 juin : 9h à 19h
Tarifs :
Adultes : 15 CHF
Scolaires, étudiants, apprentis, AHV, IV : 10 CHF Groupes (20 personnes au moins) :
10 CHF (par personne)
Enfants de moins de 16 ans : gratuit
Passmusée
texte presse photos et vidéos de l’auteur courtoisie du musée Tinguely
 

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.