L'année du Dragon

La nouvelle année chinoise
vous pouvez traduire le texte dans la langue que vous voulez – voir sur la colonne de droite du blog  dans la liste déroulante, en-dessous de la fonction recherche.
à visionner sur Youtube après avoir cliqué sur la vidéo



commencera le 23 janvier 2012. La nouvelle année est placée sous le signe de l’animal symbolique Dragon et de l’élément cosmogonique eau, ce sera donc l’année du DRAGON D’EAU. L’année se terminera le 10 février 2013, laissant alors place au signe chinois du Serpent d’Eau.
Le Dragon  ( lóng),

Dragon lóng Musée des cultures de Bâle

symbole de l’empereur de Chine, est idéaliste, actif, volontaire, confiant, entreprenant, scrupuleux et chanceux. Il est également versatile, agressif et déterminé.
Le Nouvel An chinois est la fête la plus importante pour les communautés chinoises à travers le monde entier. Il se célèbre suivant le calendrier chinois qui est à la fois lunaire et solaire.
Les défilés de la fête du printemps, ou encore fête du Têt avec les danses de lion, le défilé du Dragon et surtout les pétards, ce sera le samedi 28 et dimanche 29 janvier 2012 à Paris.
La Fête du Printemps ( ou Nouvel An) est célébrée le premier jour du premier mois lunaire. Cette fête qui remonte à la dynastie Shang (1766-1122 av. J.-C.) tire ses origines des sacrifices donnés aux divinités ou aux ancêtres au début de l’année.
Les symboles du Nouvel an chinois
Les pétards et les feux d’artifices sont utilisés pour faire fuir les monstres et fantômes pour que la nouvelle année en soit débarrassée. Selon la légende, un monstre en particulier effrayait les gens, mais des bruits fracassants, de la lumière et la couleur rouge le terrifiait.
Les danses de Dragon sont le symbole suprême de la divinité et du pouvoir impérial. Ces danses prient les Dieux de la pluie mais expriment également le courage, la fierté et la sagesse du peuple
Les lanternes rouges envahissent les rues de la capitale. Le rouge est signe de joie et de bonheur.

Dans la Chine ancienne, les hommes croyaient que l’on pouvait voir voler les esprits du ciel à la lumière de la première pleine lune de la nouvelle année. Au fil du temps, leur recherche des esprits, pour laquelle ils utilisaient des flambeaux, devint la « Fête des Lanternes » que l’on célèbre aujourd’hui dans les temples et dans les parcs en allumant des milliers de lampions multicolores.
La fête des Lanternes, où la lumière est reine et qui clôt le festival du printemps, est une fête nocturne parfois nommée « petit Nouvel an  ». C’est une promenade à la tombée de la nuit qu’enfants et parents effectuent, lanternes en main. Selon la légende, il s’agissait de tromper le dieu du feu qui menaçait d’incendier la capitale le 15e jour du premier mois : les lanternes faisaient croire au dieu que la ville était déjà en feu.
Origine Pékinoise des lanternes
Les légendes relatant l’origine de la fête font état de la colère d’un dieu menaçant d’incendier la capitale le 15e jour du premier mois lunaire. Une personne astucieuse aurait alors eu l’idée de faire sortir tous les habitants dans la rue ce soir-là avec des lanternes rouges, et d’en accrocher à toutes les portes, afin que le dieu, croyant la ville déjà en proie aux flammes, se retire. Dans la version la plus populaire, la menace divine est un canular monté par un conseiller impérial au grand cœur afin de permettre à une jeune servante du palais de sortir et de revoir sa famille pour un soir.
L’origine bouddhique des lanternes
Une autre histoire raconte que sous la dynastie des Han (206 av. J.-C.-220), le bouddhisme s’est répandu largement en Chine. Après avoir appris que les moines avaient coutume le 15 du 1er mois lunaire de regarder les reliques du bouddha et d’allumer des lampes pour honorer les dieux, l’empereur a ordonné d’allumer aussi au soir de cette date des lanternes dans le palais impérial et les temples pour les honorer à son tour. Depuis lors, ce rite bouddhique est devenu progressivement une grandiose fête populaire en Chine.
Source : sichuan-roads.fr, chine-informations.com
Pas besoin d’aller en Chine, ni à Paris, rendez-vous au musée des cultures de Bâle pour admirer l’immense dragon qui occupe une salle entière.
Puis grimpez aux étages pour voir l’exposition qui est fait autour de la Chine. Une sorte de cabinet de curiosités,
Bouddha

Au dernier étage, c’est l’Opéra de Pékin qui présente, ses costumes richement ornementés, ses vêtements de scène, ses bijoux, sans oublier les « plate-forme shoes), en passant  par la table de maquillage.

Le maquillage

L’Opéra de Pékin combine le chant, les parties parlées, les mouvements, la pantomime interagissant  avec les arts martiaux, l’acrobatie et la danse.
Il est formellement, stylistiquement et symboliquement codé .
code des gestes

A chaque costume, masque facial, expression du visage, geste, mouvement et couleur sont attribuées des significations particulières. Cela permet d’être égaux. Dans le dernier étage du musée conçu par Herzog & de Meuron sont montrés les différents domaines de l’Opéra de Pékin, dans une impressionnante exposition.

Costumes

Une station audio-visuel avec des enregistrements de musique, chant et mouvement permet une approche, pour les yeux et les oreilles occidentales, des consonances des sons et des gestes du corps asiatique. Dans cet espace ludique se révèlent peu à peu les codes mystérieux et  les transformation des médias.

L’exposition comprend également des œuvres d’artistes contemporains chinois. Ces œuvres montrent comment ils travaillent avec le contenu de l’Opéra de Pékin et les transforment au niveau du sens.

Exposition jusqu’au 4 mars 2012, malheureusement pas de visite en français.
La langue française en Suisse n’est pratiquée que par 20 % de la population, ce qui est fort dommage pour tous les frontaliers et expatriés fiscaux …

détail vidéo opéra

Nous pourrons  nous rattraper cet été,  au Quai Branly, les Séductions du palais, cuisiner et manger en Chine du mardi 19 juin au dimanche 30 septembre
 photos de l’auteur
 
 

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

Une réflexion sur « L'année du Dragon »

Les commentaires sont fermés.