Art Karlsruhe 2011

img_4001.1300310961.jpgElles étaient 212 galeries – dont quatre alsaciennes – venues de dix pays à participer à cette huitième édition d’Art Karlsruhe 2011 , devenue en quelques années l’un des grands rendez-vous du marché de l’art contemporain dans le sud de l’Allemagne – la foire revendique 40 000 visiteurs. Comment ne pas comparer avec la foire de Strasbourg, qui plafonne à 80 exposants et passe sous la barre des 25 000 entrées ?
A ceux qui craindraient, au fil des éditions, un effet de répétition, signalons le souci des organisateurs, à Karlsruhe, d’assurer un certain renouvellement, de près d’un quart du plateau, puisque 46 nouveaux marchands étaient présents.
J’ai retenu 2 galeries Alsaciennes, proposant des œuvres de 1er choix :
Chantal Bamberger de Strasbourg,  Pierre ALECHINSKY, Titus Carmel, img_4006.1300311140.jpgdont j’avais admiré le travail, en rapport avec le retable d’Issenheim, au Couvent des Bernardins à Paris. Les grotesques d’Ann LOUBERT, artiste qu’elle présentait déjà en 2009 à St’art, dont des toiles ont été acquises par le MAMCS, des lithographies de Robert MOTHERWELL, des estampes numériques d’un artiste, dont j’ai eu la chance de voir récemment l’exposition sur les « extases » au musée d’art et d’histoire de St Denis : Ernest PIGNON-ERNEST,
des gravures d’Arnulf RAINER, ainsi que des lithographies de TÀPIES et Jan VOSS
img_4075.1300312221.jpgCHRISTOPHE FLEUROV , « La Voix du Maître , présent l’année dernière avec les grandes sculptures de Chritian Lapie sur le parvis de la grande foire, présentait cette année, le même artiste, avec des sculptures d’une taille moins impressionnante, des jeux d’ombre du même artiste, ainsi que des pastels sur papier, du goudron sur papier mais surtout, de magnifiques eaux fortes de Pierre Soulages,  il avait opté pour le noir, sauf pour les gouaches sur papier, bleu, orange, jaune, vert d’Olivier Debré.
Un photographe a particulièrement attiré mon attention, pour la beauté et l’originalité de certaines de ses photos (Madeleine Castaing, Silvana Mangano). L’empressement de la Deutsche Fernseh s’explique aussi par le nom qu’il porte : François-Marie Banier.
img_4144.1300313100.jpg
La grande surface de la foire, disposée dans 4 halls, très aérés, permet une circulation très agréable entre les galeristes et les sculptures et les divers points de renseignements et de restauration, tout comme l’organisation de l’acheminement depuis la Deutsche Bahn avec le Messescheult prévu pour les visiteurs.
photos de l’auteur vidéos Internet

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

Une réflexion sur « Art Karlsruhe 2011 »

Les commentaires sont fermés.