Nativité

jean-hey-la-nativite-dautun.1293206559.jpg

vu à l’exposition, France 1500, au Grand Palais de Paris, entre Moyen Age et Renaissance :
  extraits :
On sait que Jean Hey était en France avant 1483, car il exécuta une Nativité  pour le cardinal Jean Rolin (musée d’Autun), qui était chanoine et archidiacre de la cathédrale d’Autun et qui mourut cette année-là. Cette œuvre, qui date probablement de quelques années avant 1483, et d’autres encore, trahissent son origine flamande. Jean Hey connaissait visiblement les dernières œuvres de Hugo Van der Goes qui peut avoir été son maître. L’influence de Van der Goes est manifeste dans ses paysages, dans certaines compositions et, pour la Nativité, dans l’usage de couleurs froides. Les dernières œuvres de Van der Goes, cependant, telles que le Retable Portinari, du musée des Offices, ou La Mort de la Vierge, du musée communal de Bruges, dégagent une intense mélancolie qui est due à l’échelle arbitraire des figures, à un espace irrationnel et à un emploi insolite des couleurs. Les œuvres de Jean Hey sont en revanche plus calmes, et ne décèlent pas la tension qu’on sent chez le maître flamand. Les mains de ses personnages sont souvent levées, les paumes tournées vers l’extérieur, dans un dialogue silencieux et éloquent.
En France, Jean Hey assimila le style de Jean Fouquet, notamment ses formes sculpturales. Les enfants que peint Jean Hey, particulièrement l’Enfant Jésus du Triptyque de Moulins , ont la plasticité de l’enfant qu’a peint Fouquet dans le Diptyque de Melun (musée d’Anvers).

   
 

Il n’est pas facile de dater les œuvres de Jean Hey entre la Nativité d’Autun et le Triptyque de Moulins qui fut exécuté vingt ans plus tard. On peut déduire quelques dates de l’âge des donateurs. Jean Hey peignit probablement le Portrait de Charles de Bourbon , cardinal de Lyon (Alte Pinakothek, Munich), qui mourut en 1488, immédiatement après la Nativité. Le cardinal doit avoir fait entrer Jean Hey à la cour des Bourbons à Moulins, pour lesquels il a dès lors travaillé.

II – Peintre à la cour des Bourbons

Vers 1490, Jean Hey peignit le portrait de Madeleine de Bourbon , dame de Laage, présentée par sainte Madeleine (Louvre)   . Cette donatrice âgée, fille naturelle de Philippe le Bon, épousa, en 1486, un des chambellans de Jean II de Bourbon, et elle a dû mourir avant 1495, date à laquelle son époux se remaria. Jean était probablement déjà célèbre comme portraitiste. Vers 1490-1491, il fit le portrait d’une jeune princesse (coll. Lehman, New York), qui est peut-être celui de Marguerite d’Autriche. Si le modèle est vraiment la jeune « reine » de Charles VIII, cela n’implique pas nécessairement que l’artiste soit allé au château d’Amboise où elle vivait, car elle a passé quelque temps à Moulins avec le roi, entre octobre 1490 et janvier 1491.

   

Pour Pierre de Bourbon et sa femme Anne de France, l’artiste peignit vers 1492-1493 un retable dont il reste seulement les volets (Louvre). Ici encore, on a daté ces panneaux d’après l’âge des donateurs, dans ce cas précis d’après l’âge de leur fille Suzanne qui était née en 1491. Le portrait de Suzanne (Louvre) faisait à l’origine partie du panneau où figure Anne de France. On a émis l’hypothèse que deux panneaux, une Annonciation (Art Institute, Chicago) et Charlemagne et la rencontre à la Porte dorée (National Gallery, Londres), formaient les revers des volets qui représentent le duc, la duchesse et leur fille. Il est plus probable, cependant, que ces deux volets appartenaient à un retable différent, et, de plus, il n’a pas encore été prouvé que ces deux panneaux font partie d’une même œuvre. C’est sans doute à la demande de Pierre de Bourbon que Jean Hey peignit une miniature en tête des Statuts de l’ordre de saint Michel (Paris, B.N., Ms. français 14 363, fol. 3) pour Charles VIII en 1493. La miniature représente saint Michel entouré d’anges, apparaissant au roi accompagné du duc lui-même et d’un membre de l’ordre qu’on n’a pas identifié.
L’année suivante, il fit pour Cueillette l’Ecce Homo qui porte une inscription, œuvre probablement exécutée à Moulins où Cueillette exerçait, auprès de Pierre de Bourbon, les fonctions de secrétaire aussi bien que de trésorier et receveur général des Finances. La même année, l’artiste fit un séjour en Touraine où Anne de Bretagne lui fit faire le portrait du dauphin Charles-Orlant qui était sous bonne garde aux résidences royales de Blois ou d’Amboise. Par la suite, elle envoya ce portrait à son époux Charles VIII qui faisait campagne en Italie.
Vers la fin de sa carrière, Jean Hey exécuta le portrait minutieusement étudié d’un Donateur présenté par saint Maurice ( Art Gallery, Glasgow). On a plusieurs fois essayé d’identifier ce personnage qui porte un diadème orné de pierres précieuses et une chape richement brodée sur son surplis, mais ces tentatives sont restées vaines.
Vers 1500-1501, Hey peignit son chef-d’œuvre, le Triptyque de Moulins. Dans la partie centrale se trouve la Vierge de l’Apocalypse. Sur les volets, Pierre de Bourbon et la duchesse Anne sont présentés par leurs saints patrons ; Suzanne est agenouillée derrière sa mère. Le revers, peint en grisaille, représente l’Annonciation à laquelle assistent cinq anges. Le contraste entre les volets et la partie centrale, entre le monde terrestre et la vision céleste peut sembler surprenant ; mais un tel parti n’est pas une nouveauté, car on le trouve, tout aussi accusé, dans le Diptyque de Melun de Fouquet. Cependant, dans le Triptyque de Moulins, le contraste entre la représentation réaliste des donateurs et celle de la Vierge au ciel est accentué par l’organisation concentrique des couleurs et de la lumière autour de la Vierge, qui est la principale source de luminosité.
Jean Hey fut vraiment le dernier grand artiste français de la période qu’il est convenu d’appeler la Renaissance septentrionale, et, en tant que tel, il n’a exercé que peu d’influence sur l’art français de l’époque suivante. Bientôt, sous Louis XII, allaient arriver les premiers artistes italiens ; les conceptions et les idées d’Italie devaient faire évoluer l’art français dans une autre direction.
 Auteur :

·  Sharon KATIC

 

 

images Internet

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

Une réflexion sur « Nativité »

Les commentaires sont fermés.