Mon ange gardien Tom (Tom)

 Les anges n’ont pas de sexe ? En tous les cas le mien a une voix de femme, il a même un prénom, il s’appelle Juliette. D’emblée pour sympathiser avec lui, je l’ai anobli.
Je l’ai surnommé Juliette von GPS. Je ne m’étendrai pas sur ses origines issues des dernières technologies.
Ma vie avec elle est toute une aventure. Grâce à elle je connais les noms des rues, des lieux familiers que l’on traverse par habitude sans y prêter attention.
Elle me ressemble un peu, tantôt directive, hésitante, capricieuse. Figurez-vous qu’elle veut absolument me faire « traverser » les ronds points, elle n’a pas idée de ce que cela peut représenter, soit je reste coincée dans les plantations et fleurs qui abondent  dans la France entière, soit je casse carrément ma voiture ou au minimum je raye le bas de caisse ou je crève un pneu. Mais non chère Juliette un rond point cela se contourne. C’est le moment qu’elle choisit pour être facétieuse, elle dit tantôt, 1e sortie, 2e sortie, là ne vous fiez pas à elle, elle est brouillée avec le calcul mental élémentaire, assurez-vous plutôt de la direction que vous souhaitez prendre. Elle est farceuse, parfois alors que je suis arrêtée dans un parking, elle dit de façon tout à fait péremptoire « vitesse excessive »
Une autre fois, elle m’a fait tourner avec insistance dans un parking qui ressemblait à une entrée de bretelle de contournement. Comme j’étais engagée je ne pouvais plus reculer et je me retrouve dans un parking de Bâle, où pour ressortir il me faut de la monnaie suisse, un dimanche, alors que je n’ai que des billets. Aussi je suis obligée de sortir et d’aller faire de la monnaie dans un café, pour pouvoir continuer ma route.
Juliette a ses humeurs, une vraie femme, lorsque je la laisse trop longtemps dans la boîte à gants, elle boude et refuse de se remettre en route, ou encore, juste pour blaguer, elle perd le réseau lorsque j’aborde une ville inconnue et que je comptais sur elle pour me piloter. La semaine dernière à Fribourg, en Allemagne, elle m’a carrément abandonnée, puis tout d’un coup par un excès de zèle ou de remords, elle s’est mise en alarme constante, à croire que cette charmante ville est infestée de radars fixes. Aussi j’ai du me passer d’elle.
J’aime bien la contrarier, car moi aussi je suis blagueuse, et prendre un itinéraire différent de celui qu’elle m’impose, aussi elle rouspète « faites demi-tour », moi je me dis « cause toujours » et là elle insiste, puis je la sens perplexe, je crois qu’elle tourne les pages de son Atlas, car pendant un moment elle reste silencieuse, jusqu’à ce qu’elle ait compris le sens de ma manœuvre et tente de m’amener au lieu que j’avais défini. Car malgré tous ses caprices, elle a la bonté de me conduire toujours à bon port.
Lorsque je lui fait un bain de jouvence, qui consiste à la brancher sur mon ordinateur, pour effectuer les diverses mises à jour recommandées et payantes, rien n’est trop beau pour Madame  von GPS, elle sème des données précieuses dans les limbes, soit je ne retrouve plus mes favoris, soit elle a égaré mon répertoire téléphonique, car c’est son côté pratique, je peux téléphoner et recevoir des appels par l’intermédiaire de Juliette, sans quitter des mains mon volant.  Lorsque je passe les frontières avec elle je lui fais réciter un laïus qui fait rire mes passagers comme des bossus. Elle a un avantage non négligeable, elle fait taire tous les conseilleurs et navigateurs bénévoles. Vous pouvez converser avec elle, elle est de bonne compagnie, lorsqu’elle est en Alsace elle pousse l’amabilité jusqu’à prendre l’accent du coin, en Suisse elle s’adapte, en Allemagne de même. Elle surveille mes dépassements de vitesse, m’avertit lorsqu’il y a des radars, des problèmes de trafic. C’est quand je suis en mode piéton, qu’elle lambine et tarde à me piloter et me fait tourner en bourrique. Elle est presque devenue une amie en tous les cas une familière.

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

16 réflexions sur « Mon ange gardien Tom (Tom) »

  1. J’adore l’idée que l’on fasse enfin confiance aux femme pour le copilotage… Encore plus « amazing » cette infinie tendresse… même après plusieurs kilomètres en tête à tête 😉

  2. Sachez cher edwardaetc que c’est toujours moi qui conduit, pendant que mon époux lit le journal ou pique un roupillon, et ceci bien avant l’invention du GPS, suis-je une exception ?
    Tout être aime à se penser exceptionnel …
    et merci d’avoir lu l’ apropos…

  3. 28.07.10 | 10h21
    Excellent. Même si je n’ai jamais cru aux anges gardiens, j’ai adoré ce texte ! (Mais ne vous laissez pas trop faire non plus…)
    LUC SENECAL
    28.07.10 | 07h57
    Ce n’est qu’un petit garçon. Mais qu’il est agréable d’entendre sa voix lorsqu’il nous propose de prendre à « Vouche », ou de faire « demi-tour » sur l’autoroute. Nous nous demandions où était sa famille, ses parents, sa maman qui doit être très inquiète lorsque nous l’appelons pour venir avec nous. Il est si mignon. Encore plus lorsqu’il ne comprend pas que nous ne suivons pas toujours ses recommandations. Il met un certain temps pour s’y retrouver. Aurait-il des frères et soeurs ?
    L’ahmi du val de marne
    27.07.10 | 21h35
    moi je suis à ma troisième miss GPS, et bien…je regrette ma deuxième dame qui m’avait permis de conduire dans un brouillard de montagne avec moins de 5 mètres de visibilité, alors que les gens se mettaient sur le bas côté à attendre le lendemain. Rien à voir avec la starlette évanescente que j’ai maintenant et qui ne tient pas ses promesses !
    OLIVIER EYQUEM
    27.07.10 | 16h08
    Une incitation de plus à ne pas sortir de chez soi ou, en cas d’extrême nécessité, à ne se déplacer qu’en ligne droite et/ou sur des distances inférieures à deux kilomètres. j’ai essayé tout ça, et ça marche plutôt bien, même sans mise à jour.
    Paul Guth
    27.07.10 | 12h34
    Bien avant vos robots en plastoc, les meubles reproduisaient dans nos maisons les vieilles forêts. Comme les arbres, ils savaient, ils pressentaient dans leur chair nos folies… »C’est pour ça qu’ils craquent » dit Agnès « Dans ma çambre, z’ai une grande armoire (NDLR: Agnès zozote). Elle est bonne. Elle sait tout. Ze l’appelle Zoséphine…elle craque pour m’avertir ». Joséphine avait craqué pour le débarquement des Alliés en Normandie, pour la bombe d’Hiroshima, pour la mort de Staline…
    CAROLE MOY
    27.07.10 | 11h26
    Nous devrions faire se rencontrer votre Juliette avec notre Françoise:même esprit farceur ! en plus « la notre » déteste rentrer à la maison … Nous avons testé son compagnon, Monsieur Marcel,car nous connaissions l’incapacité de certaines femmes à lire les cartes; Mais nous devons à la vérité scientifique que parfois Monsieur Marcel est tout aussi fantasque. Un peu d’imprévu cela donne du piquant àl’Aventure.
    MARLENE E.
    26.07.10 | 19h53
    Elle a l’air sympa Juliette. Il n’existe pas de Julien Von GPS, parce qu’alors cela peut m’intéresser.

  4. Je trouve que la voix de nos « dames GPS » (je sais on peut aussi choisir des hommes mais pas question) a quelque chose d’autoritaire et de rassurant. Mon bonheur, c’est de sentir quelques tressaillements, quand je choisis un autre chemin, que celui qu’elle m’indique ! Un vrai moment de bonheur.

  5. En montant dans mon Audi, mon frère m’a fait remarquer que la « GPS » avait un phrasé très 16ème arrondissement. Vous croyez que ça va avec la catégorie de la voiture ? Dans ce cas je vais me payer une vieille Renault, j’aurais peut-être une gouialle à la Gabin ?

  6. Quand mon »guide » (je l’appelle Nathalie) me dit de tourner à droite, quand il y a un fossé de 2 mètres à droite, je me demande si elle est bien intentionnée à mon égard.

  7. Ne vous êtes-vous pas demandé pourquoi je n’ai pas choisi une voix d’homme ? Je vous l’explique quand même, la voix d’homme n’indique pas le nom des rues, c’est typiquement masculin, un flemmard …. Non je ne suis pas une féministe forcenée, je suis lucide.
    Quant à Nathalie elle doit être la cousine germaine de Juliette, car pour les grosses vannes elles sont au top.
    Bonne idée, Je peux lui faire dire les mots que j’aimerai entendre, bien vu Myriam.
    Matthieu quel raffinement dans le bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.