Le jardin des délices

img_0193.1279814933.JPGL’ Hortus Deliciarum ou Jardin des Délices était certainement l’un des plus beaux manuscrits alsaciens du Moyen-Age. Il a été composé vers la fin du XIIe siècle au couvent du Mont Sainte-Odile sous la direction de l’abbesse Herrade. Il racontait l’histoire biblique depuis la création jusqu’à la fin des temps. Ce manuscrit a péri dans l’incendie de la bibliothèque de Strasbourg en 1870. Foudroyé dans le bombardement de la bibliothèque, le « jardin des délices » de l’Abbesse Herrade de Hohenbourg n’était pas seulement le plus beau manuscrit de l’Alsace Romane : c’était un des plus grands trésors de l’art du Moyen Age.
Il est possible d’admirer des copies et des reconstitutions de ce manuscrit de nos jours car, au cours du XIXe siècle, des amateurs d’histoire et d’art s’appliquèrent à en copier les textes et les images. Vers 1815, un érudit strasbourgeois, Christian Maurice Engelhardt, calqua une quarantaine de fragments d’images ainsi que quatre miniatures entières. Il rassembla ce travail dans un cahier au format du manuscrit et le fit imprimer en 1818. Certains des exemplaires de 1818 ont été soigneusement coloriés et par endroit dorés à la feuille sous la surveillance attentive de M. Engelhardt
Le Hortus Deliciarum est le reflet d’une civilisation qui s’est épanouie au temps des cathédrales. Il est tout à la fois le catalogue des gestes, des formes et des objets de ce beau XIIe siècle, et le répertoire d’un imaginaire qui nous est resté familier. L’exposition temporaire présentée par Voix et routes romanes en partenariat avec l’association Saint-Etienne Réunion, au temple St Etienne de Mulhouse est visible durant tout l’été.
L’histoire veut que le manuscrit et le lieu qui accueille l’exposition ont un point commun non négligeable : la première église mulhousienne a été fondée au XII e siècle, et c’est à la même période que le manuscrit commence à voir le jour au Mont Sainte-Odile.
Tous les jours jusqu’au 6 septembre de 10 h à 12 h et de 14 h à 18, sauf le mardi et le dimanche matin, au temple Saint-Etienne, place de la Réunion à Mulhouse.
scan du catalogue

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

6 réflexions sur « Le jardin des délices »

  1. Votre blog en lien ici, reflère votre goût pour le Moyen Age, par son titre « Passé des Arts » et par sa présentation sous forme de livre ancien.
    Amis lecteurs, je vous conseille d’y jeter un oeil, l’essayer c’est l’adopter.

  2. Ah, la Bibliothèque humaniste, quel beau souvenir de visite pour l’amateur de livres que je suis. Une richesse à donner le tournis, un lieu qui mériterait d’être bien plus connu. Il faut vous dire que j’ai pas mal vadrouillé en Alsace, à la recherche de témoignages artistiques de la fin du Moyen-Âge, traces dont j’avais besoin pour nourrir ma réflexion.
    Bon dimanche à vous.

  3. j’ai un respect quasi religieux pour les livres, inculqué par mon père, je suis assez égoïste pour en prêter rarement.
    mais alors ces trésors-là, sont inestimables. A Sélestat à la bibliothèque humaniste de Beatus Rhenanus vous pouvez voir et consulter des incunables.
    http://www.bh-selestat.fr/
    merci pour votre passage Jean Christophe

  4. Bonsoir Élisabeth,
    Quelle belle idée de parler d’une exposition qui montre ce qu’il reste de ce fabuleux manuscrit, détruit à cause de la stupidité des hommes. Les archives et œuvres qui étaient conservées à Strasbourg ont énormément souffert durant les secousses de l’histoire (il suffit de voir le tableau qui représente le sac de l’Hôtel de Ville en 1789, au Musée historique de la ville, pour comprendre à quel point), les pertes en sont encore sensibles, dans tous les domaines artistiques (la musique, en particulier), avec des lacunes chronologiques impossibles à combler.
    Je regrette de ne pas avoir à me rendre en Alsace dans les temps prochains, car je n’aurais pas manqué de faire un détour par Mulhouse.
    Bien cordialement.

Les commentaires sont fermés.