Frédéric Mitterrand à la Kunsthalle de Mulhouse

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, est venu à Mulhouse, hier matin, samedi 6 février, pour une rapide visite. Il a eu l’occasion de découvrir la Cité de l’automobile, le tramway décoré par Christian Lacroix, la Kunsthalle, et de prendre contact avec un paysage urbain mulhousien marqué par l’imbrication de l’art contemporain dans la ville. Le ministre s’est rendu ensuite à Riehen, dans le canton de Bâle-Ville, pour découvrir la nouvelle exposition du Douanier Rousseau
Voilà ce que relatait l’Alsace le Pays le 7/2/2010
En effet il est venu à la Kunsthalle, après avoir visité l’incontournable musée national de l’automobile, entouré d’un aréopage empressé, qui l’a conduit presque directement devant la Fontaine de Trevi » que Mandla Reuter  montre à Mulhouse, – dans le 3e volet de l’exposition dont Lorenzo Benedetti est le commissaire, « les sculptures meurent aussi » – dans le « continuel processus de dématérialisation qui nous entoure »

Mais Frédéric Mitterrand a foncé droit devant lui, me serrant la main au passage (aurait-il lu mon billet à son sujet, m’a t’il reconnue ? pourtant j’ai changé ma photo -;) pour qui m’a t’il prise ? *) le public ébahi, les officiels affolés ont cru à une subite faim indomptable, Fredo assez mal élevé pour snober notre si belle Kunsthalle, pour se jeter sur le buffet ?
Que neni, en homme de goût et de culture il voulait se rendre compte par lui-même de l’effet produit lorsque l’on pénètre par l’entrée des visiteurs lambda dans notre centre d’art contemporain. Admiratif, il a contemplé l’espace, puis les discours se sont enchaînés.
Ecoutez le discours de Frédéric Mitterrand en cliquant sur la flèche verte :
frederic-mitterrand.1265759298.mp3
Tous brefs, menés tambour battant, avec une remise de cadeau, dont on n’a pas vu la couleur, une toile d’après l’emballage, que le ministre se réserve la surprise de déballer plus tard dans l’intimité de sa suite. Avait-il peur, lui si réactif, que nous lisions la stupeur sur son visage, a t’il été surpris par la teneur de l’exposition minimaliste « les sculptures meurent aussi » ?
Monsieur Bockel, ministre,  secrétaire d’État auprès de la ministre de la Justice et des libertés et maire de notre bonne ville, lui présenta les 2 artistes majeurs de notre cité :


Robert Cahen, artiste vidéaste
et
Bernard Latuner , peintre.
Puis nous avons tous été conviés au buffet fort sympathique, alors que Frédéric Mitterrand avait déjà fui vers la Suisse du côté de chez Beyeler, pour rencontrer Samuel Keller, directeur de la Fondation et Ernst Beyeler son fondateur dans le cadre de l’exposition Henri Rousseau.
* De ds Ms, m’a rassurée Jacques Chirac lui a fait le même coup au musée du Quai Branly, serrage de main alors qu’elle était perdue dans le public, est-ce une méthode pour abréger les effusions et écourter les réunions ?
photos de l’auteur

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

24 réflexions sur « Frédéric Mitterrand à la Kunsthalle de Mulhouse »

  1. Sa Saab est rouge, sa cravate est presque moins voyante que celles qu’il peut porter parfois ! Elle est pas beu, blanc, rouge; c’est déjà ça ! Le rouge passe mal à la télé, il a du le faire esprès !

  2. Charlotte « Personne » vous n’en faites pas un peu trop là ?
    Enfin ce que j’en dis n’a pas d’importance ….
    j’insiste pour que la masse silencieuse s’exprime aussi !

  3. maintenant ce que j’ai toujours aimé à juste titre chez MSW ce sont toutes ses cravates et écharpes, elles sont comme lui gaies, chaleureuses, VIVANTES, ça fait du bien aux yeux et au coeur que d’avoir un Monsieur tel que lui en face de soi, je l’aime pour ça et aussi pour sa simplicité, sa gentillesse, son humanité, ça c’est de l’Adjoint à la Culture, beaucoup doivent nous l’envier, ah si si j’insiste… »

  4. Mitterrand a humé l’art de Mulhouse
    Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, est venu à Mulhouse, hier matin, pour une rapide visite. Il a eu l’occasion de découvrir la Cité de l’automobile, le tramway décoré par Christian Lacroix, la Kunsthalle, et de prendre contact avec un paysage urbain mulhousien marqué par l’imbrication de l’art contemporain dans la ville. Le ministre s’est rendu ensuite à Riehen, dans le canton de Bâle-Ville, pour découvrir la nouvelle exposition du Douanier Rousseau.
    Frédéric Mitterrand en Alsace : « Mulhouse est une belle ville »
    zoom
    Le ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand était de passage hier matin, à Mulhouse. L’occasion pour lui de découvrir la ville pour la première fois et d’en apprécier les différentes facettes.
    « Tous les musées mulhousiens sont appelés à donner à cette ville un caractère culturel et technique unique, en plus de son extraordinaire richesse patrimoniale. C’est la rencontre entre culture, art et sciences, et tout cela fonctionne bien ensemble », a estimé, enthousiaste, le ministre de la Culture hier, alors qu’il circulait dans le tram qui relie la Cité de l’automobile à la gare centrale.
    Frédéric Mitterrand est arrivé à 10 h pour visiter le prestigieux musée mulhousien, avec encore son bras gauche en écharpe, séquelle de son récent accident de scooter… Sur place, il a été accueilli par le maire et secrétaire d’État Jean-Marie Bockel, son adjoint à la culture Michel Samuel-Weis, de nombreuses personnalités du monde de la culture et des arts, et le nouveau directeur des lieux, Pierre-Yves Schneider.
    Le ministre a débuté sa visite par les automobiles les plus anciennes, jusqu’au salon Prestige, avec un arrêt obligé devant la Bugatti Royale et un autre devant une Amilcar de la collection Grégoire. Le temps de découvrir les différents projets du musée — l’ouverture de la piste d’évolution sur l’ancien stade, une nouvelle partie restauration, un complément de réserve pour les 200 véhicules en stock, sans oublier les rénovations de la façade et de la grande salle —, d’emprunter la passerelle de la Doller et la visite s’est poursuivie dans le tram aux couleurs du Musée d’impression sur étoffes, avec les motifs dessinés par Christian Lacroix. Avant de quitter le site, le ministre avait bien sûr immortalisé son passage dans le livre d’or du musée.
    Isabelle Huppert et Dalida
    Puis la visite s’est poursuivie en tram et a été commentée par Michel Samuel-Weis. Ce dernier a insisté sur le travail de l’artiste Tobias Rehberger, réalisé dans le cadre de la commande publique sur la ligne 1 du tram. C’est avec humour qu’en montant dans la rame, le ministre a fait référence à l’actrice Isabelle Huppert, qui interprète actuellement Un tramway nommé désir au théâtre de l’Odéon à Paris. Puis, alors que l’adjoint de la culture expliquait les rébus de Rehberger, baptisés Paroles sur différentes façades, Frédéric Mitterrand n’a pas hésité à fredonner quelques notes de la célèbre chanson éponyme de Dalida…
    Fin connaisseur en architecture, le ministre a apprécié, pendant le trajet, la qualité de la rénovation de certains bâtiments de la cité Wagner. Jean-Marie Bockel a insisté sur l’importance des transports en milieu urbain, avec le tram, le futur tram-train et le développement du réseau TER en Alsace. Hier, le soleil donnait à la cité du Bollwerk fière allure et Frédéric Mitterrand a relevé le côté agréable de ce petit déplacement en tram : « C’est une réussite d’avoir intégré de manière aussi harmonieuse une architecture contemporaine dans le tissu urbain ancien. Mulhouse est une belle ville ! »
    « Un patrimoine important »
    Puis le cortège s’est rendu à la Kunsthalle, située dans le bâtiment rénové de la Fonderie, où de nombreuses personnalités des arts attendaient le ministre. Ce dernier a été accueilli par Patrick Bachschmidt, doyen-adjoint de la faculté, et l’architecte Christian Plisson. « Nous n’avons jamais transigé avec les activités culturelles , a précisé le maire. C’est un choix politique. » De son côté, Frédéric Mitterrand a noté que la Fonderie « a été admirablement réhabilitée. Elle est tout à fait symbolique d’une ville avec un patrimoine historique et industriel aussi important. Et les prolongements en terme d’art contemporain sont tout à fait convaincants… »
    La visite alsacienne du ministre de la Culture s’est ensuite prolongée côté suisse à Riehen, où Frédéric Mitterrand a découvert en avant-première la nouvelle exposition de la Fondation Beyeler, qui présente un choix d’œuvres du Douanier Rousseau, que le public peut découvrir à partir d’aujourd’hui (lire ci-dessous).
    Sabine Hartmann l’Alsace le Pays
    Ernst Beyeler et Henri Rousseau
    Hier, après Mulhouse (lire ci-dessus), Frédéric Mitterrand a découvert, à la Fondation Beyeler, l’exposition Henri Rousseau que le grand public peut voir dès aujourd’hui et jusqu’au 9 mai, à Riehen. Cent ans après la mort du fameux Douanier Rousseau, cette exposition riche d’une quarantaine de toiles revisite profondément une œuvre souvent et indûment réduite à l’art naïf, et qui a pourtant influencé les cubistes comme les surréalistes.
    L’exposition bâloise, que le ministre de la Culture et son collègue du gouvernement Jean-Marie Bockel ont visitée sous la conduite de Samuel Keller, directeur de la Fondation, et Philippe Büttner, commissaire de l’exposition, regroupe la quasi-totalité des œuvres d’Henri Rousseau conservées dans les musées français, notamment dans celui de l’Orangerie à Paris. Ce musée accueillera d’ailleurs en retour une exposition d’une bonne vingtaine d’œuvres de Paul Klee appartenant à la Fondation Beyeler.

  5. « mais j’insiste….. je suis curieuse de nature et voir d’autres photos « comiques » me ferait un bien fou.. merci Elisabeth »

  6. Par les temps qui courent, devant la grossièreté des automobilistes et le non respect des passages cloutés, il vaut mieux s’équiper d’une écharpe et d’une cravate , voire d’un chapeau voyants, si vous ne voulez pas être écrasé comme une pauvre feuille morte.

  7. Il a bien raison de mettre de la couleur dans sa vie, parmi les complets vestons/cravates monochromes, il est adjoint au titre de la culture et non de l’austérité. Bravo MSW.
    quand à la Saab, j’attends vos révélations.

  8. « ce que j’aime sur cette photo c’est bien l’écharpe et la jôôôlie cravate de MSW.. il tout mignon… qui peut me dire de quelle couleur est sa « SAAB » actuelle ??? rouge-rouge ???? »

  9. > Malou, j’ai enregistré le discours de Frédéric Miterrand, tout à fait élogieux pour notre cité, il me faut trouver le moyen de le convertir en mp3, dès que ce sera fait il sera publié sur mon blog.
    > Fredo les forces du mal ? c’est tout à fait stupide de dire ça.

  10. Quel bon reportage, bien enlevé, comme la visite !
    Tu as oublié de noter que notre visiteur avait dit que Mulhouse est une belle ville. Mais il doit déclarer la même chose à chacune de ses visites en province….
    De toute façon, tu fais une bonne publicité pour Mulhouse.

Les commentaires sont fermés.