Bologne médiévale et universitaire

Bologne (Émilie-Romagne, Italie du nord ) est restée l’une des villes médiévales les mieux préservées d’Europe, possédant une grande valeur historique. En dépit des dommages considérables lors de bombardements en 1944, le centre historique de Bologne, l’un des plus grands d’Europe, recèle de richesses aussi bien médiévales, de la Renaissance que Baroques.
Moins touristique que ses voisines toscanes, elle est plus facile d’accès et vaut le détour incontestablement.
Les tours de Bologne, un des traits les plus caractéristiques de la ville, sont des structures architecturales militaires ou nobiliaires d’origine médiévale.
Entre les XIIe et XIIIe siècles, il s’est construit dans la ville un très grand nombre de ces édifices : on a parfois parlé de 180 tours, mais cette estimation, qui reposait sur une interprétation erronée d’actes notariés, est aujourd’hui considérée comme très excessive.
Les raisons pour lesquelles elles furent élevées ne sont pas encore très claires, mais on pense que les familles les plus riches, dans la période des luttes pour les investitures impériales et papales, les utilisaient comme instruments de défense autant que comme symboles de pouvoir.bologne-27.1258669780.JPG
Un grand nombre de tours furent abattues au cours du XIIIe siècle ou ont fini par s’écrouler.  Il subsiste  des deux grandes tours Asinelli et Garisenda, penchées comme celle de Pise. 2tours_bologne.1258667640.jpg
La Piazza Maggiore est la principale place de la ville dont la forme actuelle date du XVe siècle. Cette place contient les principaux bâtiments médiévaux de la Ville. En effet, le Palazzo d’Accursio, la Basilique San Petronio, le Palais des Notaires, le Palazzo del Podestà et le Palazzo dei Banchi donne sur cette place. La place est adjacente à une autre place remarquable de la ville, la Piazza Nettuno.
Le Palazzo d’Accursio, aussi appelé Palazzo Comunale, est la mairie de Bologne. À l’origine, résidence d’Accursius, il devint vite le siège du pouvoir bolonais. Le palais qui vit le couronnement de Charles Quint, possède de nombreuses fresques retraçant l’histoire de la ville.
Un musée Giorgio Morandi se trouve à l’étage.
La Basilique de San Petronio est la plus grande église de la ville, et la cinquième au monde. La Basilique dont la construction a commencé en 1390, est située sur la Piazza Maggiore et elle est une des principales curiosités de la ville, grâce notamment à sa façade inachevée.
Le portail, de Jacopo della Quercia, comporte des scènes de l’Ancien Testament, la Vierge et saint Pétrone dans le tympan jacopo-della-quercia-bologne.1258668078.JPGet les portes latérales sont de Niccolò Tribolo.
Le chœur comporte des stalles en marqueterie et les orgues de Lorenzo da Prato (1475) sont les plus anciennes d’Italie.
Les multiples chapelles sont séparées de la nef par des transennes. Certaines ont été recouvertes de fresques, en 1415, par Giovanni da Modena, illustrant La Divine Comédie.
Michel Ange jeune, alors qu’il a sculpté un autre David pour San Domenico, il se serait inspirée du Portail et de la représentation de la vierge par Jacopo della Quercia pour la sculpture de la Pieta de St Pierre de Rome. La construction de l’édifice qui avait pour intention de dépasser la Basilique Saint-Pierre de Rome, ne fut jamais achevée. On peut remarquer que la façade n’est pas revêtue du marbre initialement prévu
C’est la cinquième plus grande église au monde, avec ses 132 mètres de longueur et ses 60 mètres de largeur. Sa voûte culmine à 45 mètres 1de hauteur et sa façade à 51 m. nicolo_san_petronio_cacciata_dal_paradiso_bologna_san_petronio_1425-1438.1258668755.jpg
Une méridienne, instrument d’astronomie destiné à suivre les variations de la hauteur du soleil à midi, fonctionne dans la basilique, à l’image de celle que l’on peut voir à St Sulpice à Paris.
Le Palazzo dei Banchi est un palais, datant des XVe et XVIe siècles situé sur la Piazza Maggiore. C’est de là que part que le célèbre portique : le Pavaglione.
Le Palais des Notaires ( Palazzo dei Notai ) est un palais érigé par la société des Notaires en 1381. L’une des façades a été refaite en 1437, et le bâtiment rénové dans son ensemble au début du XXe siècle.
La Fontaine de Neptune ( La Fontana del Nettuno ) est une monumentale sculpture de bronze posée sur un socle. Réalisé par le sculpteur Jean de Boulogne (Douai 1529-Florence 1608) par la volonté de Charles Borromée entre 1563 et 1567, la statue trône sur la Piazza Nettuno devant le Palais du Roi Enzo.
Le Palais du Roi Enzo ( Palazzo Re Enzo ) fut construit en 1245, et servira de prison au roi Enzio de Sardaigne jusqu’à sa mort en 1272. Il est situé à côté du Palais du Podestat.
Le Palazzo Bentivoglio Pepoli est une prestigieuse demeure de campagne datant des XVe et XVIe siècles, située de nos jours à proximité immédiate du centre urbain. Il fut édifié à la fin du XVe siècle par Alessandro Bentivoglio. Avec Alessandro Pepoli, au XVIIIe siècle, la villa fut réaménagée par le célèbre architecte néoclassique Angelo Venturoli et devint un centre de vie mondaine et culturelle très prisé.
Le Palais Magnani et ses fresques de l’Histoire de la fondation de Rome par l’académie bolonaise des Incamminati des frères Carrache.
Le Palais dell’Archiginnasio, édifice en style gothique datant du XVIe siècle ,et son théâtre anatomique (transformé en bibliothèque par Napoléon).palais-dellarchiginnasio-bologne.1258669240.JPG
 
Siège de l’Université de Bologne depuis le XVIe siècle, le palais est l’œuvre de l’architecte Antonio Morandi dit Il Terribilia.
Le théâtre anatomique de Bologne est l’un des rares à avoir été conservés jusqu’à aujourd’hui, notamment  par une opération récente avec le concours d’ une somme réunie grâce à une loterie.
On trouve à l’intérieur de l’installation,  les statues en bois de plusieurs grands anatomistes passés par la ville et l’université de Bologne, ainsi que deux figures marquantes de l’histoire de la médecine durant l’Antiquité grecque. Au total, douze personnages sont représentés : Hippocrate, Claude Galien, Fabrizio Bartoletti, Giovanni Girolamo Sbaraglia, Marcello Malpighi, Carlo Fracassati, Mondino de’ Liuzzi, Bartolomeo da Varignana, Pietro d’Argelata, Costanzo Varolio, Giulio Cesare Aranzio et Gaspare Tagliacozzi Trigambe, entourant une table de dissection.anatomical_theatre_of_the_archiginnasio_bologna_italy_-_the_dissection_table.1258668981.jpg
Mon préféré est l’ancêtre des chirurgiens plasticiens, qui se reconnaît grâce au nez qu’il tient dans sa main gauche.
Napoléon en 1803 transféra l’étude à palazzo Poggi et transforma l’Archiginnasio en bibliothèque communale.
Le monument aux morts sur la Piazza Maggiore renvoie à des œuvres de Boltanski, Ce mur du souvenir et d’hommages a été constitué pendant et après la guerre, avec les photos, qu’apportaient les survivants, qui s’informaient du sort des disparus.
Un autre lieu a retenu toute mon attention, c’est le musée de l’anatomie, où l’on peut voir, des personnages, des fœtus en cire, et la leçon d’obstétrique.

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

Une réflexion sur « Bologne médiévale et universitaire »

  1. Italienne et fière de l’être, Arte Fiera met Bologne à l’heure de l’art contemporain, avec une foire tonique qui métamorphose avec créativité cette cité historique au fil des manifestations d’art.
    Sa directrice artistique, Silvia Evangelisti, rappelle volontiers les « humbles débuts », en 1974 à Bologne, d’Arte Fiera, devenue aujourd’hui « la plus importante foire d’art moderne et contemporain d’Italie » après avoir conquis sa place sur l’échiquier mondial du marché. Lancée tout de suite après les foires internationales d’art de Cologne et de Bâle, Arte Fiera a été la première foire d’art en Italie, et a conservé une identité italienne très marquée, dans un esprit d’innovation et de qualité. Comme son nom complet l’indique, Arte Fiera Art First est aussi la première foire de l’année. « Ouverture du marché », cette date en janvier est un « atout » indéniable aux yeux de Jérôme de Noirmont, membre du comité de stratégie de la foire, Arte Fiera attirant « énormément de monde, avec une clientèle italienne, suisse, française, allemande ». L’autre atout de Bologne est sans nul doute l’agrément d’une ville de charme qui ne boude pas le plaisir d’une bonne table et réserve mille surprises avec l’itinéraire de découverte « Bologna Art First » dans le centre historique, projet confié cette année à la commissaire Julia Draganovic, du 29 janvier à fin février. Énergique et en évolution constante, Arte Fiera est à l’image de l’esprit « très entreprenant » du groupe BolognaFiere, qui pilote aussi la foire asiatique ShContemporary à Shanghai. Pour cette 34e édition, deux cents galeries italiennes et internationales sont attendues, parmi lesquelles un noyau de galeries françaises : Pièce Unique, Jérôme de Noirmont, Lelong, Di Meo, Patrice Trigano et Vidal Saint-Phalle. Un rendez-vous très italien, efficacement lancé sur l’orbite internationale. Réagir à cet article 0 Commentaire(s)

Les commentaires sont fermés.