Vente aux enchères Pierre Levy

pierre-levy-et-famille-et-amis.1298381920.jpgGrands industriels de la bonneterie à Troyes, originaires d’Alsace (Guebwiller) Pierre (1927-2002) et Denise Lévy ont passé leur vie à constituer une exceptionnelle collection d’art bâtie au fil des rencontres et des amitiés.De gauche à droite : Florence Marinot, fille du célèbre verrier, Pierre Lévy, André Derain et Maurice Marinot.

Tout débute en 1937 et leur rencontre avec Maurice Marinot (1882-1960), peintre et verrier troyen. C’est aussi le point de départ de leur passion pour l’art et leur quête de collectionneur.

 Pierre Lévy dira un jour de Marinot : « C’est avec lui que nous avons appris, non seulement à regarder les œuvres d’art, mais à vivre avec elles. » Une autre rencontre importante eut lieu vers 1945, avec le peintre André Derain.

« Il a su m’expliquer la magie de la peinture » dira l’industriel troyen. Les Lévy vont devenir son ami et le soutenir durant les dix dernières années de sa vie en lui achetant de nombreuses œuvres.
A travers cette collection, Pierre Levy montre son penchant pour la tradition et sa réticence à l’égard de l’abstraction. L’homme aimait les peintres du mouvement fauve : Derain bien sûr, mais aussi Vlaminck, Othon Friesz, Van Dongen, ou Dufy. M et Mme Lévy ont également réuni des œuvres de la génération des artistes de l’entre-deux guerres tels que : Charles Dufresne, Boussingault, Dunoyer de Segonzac, de la Fresnaye, etc. Avec affection, ils soutenait également des peintres de l’école de Paris, moins connus, comme Isaac Dobrinsky.
Le collectionneur est amené à s’intéresser également au processus créatif des artistes et donc à rassembler des fonds de documentations important (autographes, lettres, livres, etc.).
En 1976, les époux donnent à l’Etat français les trois quart de leur collection, soit environ deux mille œuvres ayant trait à l’art français de 1850 à 1950, mais aussi à l’art africain. Cette collection sera l’occasion de créer un important Musée d’Art Moderne à Troyes en 1982. Plus de 900 objets qui étaient encore dans leur maison de Bréviandes, non loin de la cité troyenne, ont été proposés aux enchères les 2, 3 et 4 février par Maîtres Boisseau et Pomez.

 Hold-up en 2002

258 tableaux volés retrouvés à Paris


Stéphane Albouy | 05.11.2003

LEUR CALVAIRE avait duré des heures. En mai 2002, plusieurs membres de la famille d’un riche collectionneur installés dans l’Aube avaient été séquestrés par un commando d’hommes armés. Prises au piège dans leur propriété de Bréviandes, près de Troyes, les victimes avaient été frappées et menacées de mort par leurs agresseurs. Bien renseignés, ces derniers n’étaient repartis qu’après avoir acquis la certitude qu’ils avaient fait main basse sur la totalité du butin qu’ils étaient venus chercher : une collection privée composée de dizaines de toiles de maîtres. Pierre Lévy, décédé quelque temps avant l’attaque, avait donné une importante partie de ses tableaux à l’Etat à la fin des années 1970. Mais ses proches conservaient toujours de nombreuses toiles, notamment dans une cave spécialement aménagée et creusée dans le parc de la demeure. « Une équipe extrêmement dangereuse et violente » Un an et demi après le « saucissonnage » de Bréviandes, la police judiciaire et la gendarmerie viennent de retrouver la totalité du butin à Paris. Après plusieurs mois de surveillance, les enquêteurs de l’Office central pour la répression du banditisme (OCRB) et leurs collègues de l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels (OCBC), ont interpellé trois hommes qui s’apprêtaient à « déménager » l’imposante collection. Dans une camionnette garée avenue George-V, dans le VIII e arrondissement, les policiers ont découvert 258 oeuvres provenant pour l’essentiel du braquage de mai 2002. Cette saisie record, aujourd’hui à l’abri dans les locaux de la direction centrale de la PJ, à Nanterre, comporte entre autres deux toiles de Dufy et une de Picasso. Ces interpellations s’inscrivent dans la continuité d’un autre coup de filet, réalisé en septembre 2002. A l’époque, les enquêteurs avaient arrêté un groupe de truands spécialisés dans le « saucissonnage ». Parmi ces suspects figurait un membre du clan Hornec, une famille de la banlieue sud de Paris dont plusieurs membres sont fichés au grand banditisme. Fabrice Hornec, 34 ans, avait été écroué avec plusieurs complices, mais aucune oeuvre d’art n’avait été retrouvée lors de cette première opération. Un de ses cousins, Thierry Hornec, âgé de 40 ans, fait partie des trois hommes arrêtés en possession des tableaux lundi dernier. « Il est difficile d’estimer la valeur marchande des biens retrouvés, commente un enquêteur. Il y en a pour plusieurs millions d’euros, mais, outre le fait d’avoir récupéré ce butin, nous sommes surtout très contents d’avoir mis hors d’état de nuire durant quelque temps une équipe extrêmement dangereuse et violente. » Deux kilos de cocaïne et des armes de poing ont été également saisis lors des interpellations.



Le Parisien Cet article a été publié dans la rubrique Les Faits Divers

Succession Pierre Lévy, Objets
envoyé par interencheres

 

Succession Pierre Lévy, Dobrinsky
envoyé par interencheres

Autres vidéos de la vente

Commentaires1. Le 09 février 2007 à 19h, par elisabethGrand merci à Gaston L pour ses précisions.
2. Le 10 février 2007 à 17h, par Louvre-passionJe ne connaissais pas ce couple de collectionneurs qui ont eut le bon goût de léguer leurs oeuvres d’art aux musées.
Merci pour cette découverte.
3. Le 12 février 2007 à 17h, par CarolineMoi non plus, je n’avais jamais entendu parler de Pierre et Denise Lévy. Peut être parce qu’ils sont alsaco-champenois et que le monde de l’art en France est un peu (euphémisme !) trop centré sur Paris. Merci de combler cette lacune !
4. Le 14 février 2007 à 22h, par MalouNe manquez pas de visiter le beau musée d’Art Moderne de Troyes **
On peut y voir la collection léguée par Pierre et Denise Lévy

 

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *