Or & Gloire Dons pour l‘éternité

Goldene Altartafel; vor 1019 DR Kunstmuseum Basel

Le Musée historique de Bâle est l’hôte du Kunstmuseum Basel
jusqu’au – 19 janvier 2020, Kunstmuseum Basel | Neubau

Erzbischöfliches Diözesanmuseum Paderborn, Inventar-Nr.: Diözesanmuseum Heinrich Kunigunde SK 110+111 ; Foto: Ansgar Hoffmann,www.hoffmannfoto.de Einmalige Veröffentlichung in: Gold & Ruhm. Geschenke für die Ewigkeit Katalog der gleichnamigen Sonderausstellung des Historischen Museums Basel 11. Oktober 2019 – 19. Januar 2020

La grande exposition présente l’époque glorieuse d’Henri II, dernier empereur ottonien (règne 1002–1024).
Elle réunit des prêts exceptionnels d’Europe et des États-Unis à
l’occasion du millénaire de la consécration de la cathédrale de Bâle.
Des pièces d’orfèvrerie, des textiles, des enluminures et des ivoires précieux composent un panorama unique de la civilisation médiévale.

              Kreuz mit den grossen Senkschmelzen, Essen, um 1000/1020:
             © Domschatz Essen / Christian Diehl

Manuscrits rares, pièces de monnaie et trésors archéologiques offrent
de multiples perspectives sur la vie quotidienne autour de l’an mil.

Gertrudisaltar, Deutschland, um 1045: © The Cleveland Museum of Art

Le devant d’autel en or, cadeau impérial offert à la cathédrale en 1019,
en constitue le point d’orgue. Vendu à l’étranger au XIXe siècle,
il retourne temporairement à Bâle après avoir passé de nombreuses décennies à Paris. Des prêts de Cleveland, Munich, Cologne, Berlin,
Rome et New York permettent de réinscrire pour la première fois le
présent d’Henri II dans son contexte.

                           Evangeliar Heinrichs II., Regensburg, vor 1024:
                         © Biblioteca Apostolica Vaticana

Associés à d’autres pièces prestigieuses, ils dévoilent aussi le mécénat
des souverains ottoniens, qui commandaient des reliures de manuscrits somptueuses et s’assuraient une gloire éternelle grâce à leurs dons.
Les présents en or d’Henri II et de sa femme Cunégonde ont
donné lieu à un culte du couple impérial et ont marqué Bâle de
maintes manières.
                        le plus ancien grand crucifix en bronze conservé à ce jour
Une précieuse curiosité :
un Christ avec une tête de femme antique

Croix d’Herriman (archevêque de Cologne) et de sa soeur Ida
(abbesse de Werden).
La tête du Christ est un réemploi d’un camée romain (époque julio-claudienne) en lapis-lazuli, peut-être l’impératrice Livia

Un catalogue scientifique et richement illustré paraît en allemand à l’occasion de l’exposition :
Gold & Ruhm – Kunst und Macht unter Kaiser Heinrich II.,
Hirmer Verlag, Munich.

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.