Musée Renoir de Cagnes-sur-Mer

Le Musée Renoir de Cagnes-sur-Mer ou Domaine des Collettes à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), labellisé Musée de France, est dédié au peintre impressionniste Auguste Renoir (1841-1919).
Musée Renoir
Le domaine et le musée ont été entièrement rénovés et la collection du « Musée Renoir » y a retrouvé sa place Le musée a reçu le label Maisons des Illustres depuis juin 2011.
Le Domaine des Collettes est une villa située au 19 chemin des Collettes à Cagnes-sur-Mer, classée au titre des monuments historiques et labellisée « Patrimoine du XXe siècle ».
Sur le site de la ville, il est précisé qu’une navette vous y conduit, depuis la place.
Cela doit être en été, car la seule navette disponible en ce jour de juin conduit au château.
Aussi nous nous mettons à la recherche de cette autre navette, et surtout de son arrêt (aléatoire).
DSC05859
Le chemin grimpe allègrement entre les belles villas. Enfin elle apparaît et nous emmène
pendant bien 20 mn un peu au-delà du musée. Les 10 mn de grimpette pédestre annoncées doivent passer par le chemin des écoliers, non visible pour un touriste.
Immédiatement nous avons un coup de cœur pour le lieu, calme, l’oliveraie, les orangers,
la vue, depuis les chambres et la terrasse, un lieu paradisiaque. La maison demeurée en l’état avec le chevalet mobile de Renoir, aux cimaises recouvertes de belles toiles, est paisible et très peu visitée.
Renoir
Après avoir découvert Cagnes-sur-Mer en 1903, Auguste Renoir ayant des problèmes de santé, se fixe enfin en achetant le « Domaine des Collettes », propriété de trois hectares, le 28 juin 1907, après avoir eu un coup de cœur pour son oliveraie centenaire, ses orangers et sa fermette du XIXe siècle.
Renoir ancienne fermeIl aurait voulu habiter l’ancienne ferme rustique (devenue la boutique du musée), mais Madame Renoir désirant une maison spacieuse, il fait construire en 1908 une demeure de style néo-provençal avec deux ateliers d’artiste par l’architecte de Biot Jules Febvre. Il s’y installe à l’automne 1908, peint et sculpte durant onze ans avec sa femme Aline et leurs trois enfants, Pierre, Jean et Claude, jusqu’à sa disparition le 3 décembre 1919 à l’âge de 78 ans.
sa dernière oeuvre

Pierre-Auguste Renoir (1841-1919) Les baigneuses Vers 1918-1919 Huile sur toile H. 110 ; L. 160 cm Paris, musée d'Orsay Don des fils de l'artiste, 1923 © RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
Pierre-Auguste Renoir (1841-1919)
Les baigneuses
Vers 1918-1919
Huile sur toile
H. 110 ; L. 160 cm
Paris, musée d’Orsay
Don des fils de l’artiste, 1923
© RMN-Grand Palais (Musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

 
Bas-relief aux danseuses de Renoir. Musée Renoir de Cagnes-sur-Mer.
Il réalise dans cette demeure sa « période cagnoise » ou « dernière période » en s’inspirant de son domaine. Il aborde alors également la sculpture entre 1913 et 1918 avec Richard Guino puis avec Louis Morel. Il reçoit dans sa villa ses contemporains Henri Matisse, Aristide Maillol, Amedeo Modigliani, Auguste Rodin, Pablo Picasso, Claude Monet …
À sa disparition, il lègue le domaine à son fils Claude Renoir qui y vit jusqu’en 1960.
En 1959, le « domaine des Colettes » sert de décor au Déjeuner sur l’herbe, film de Jean Renoir qui tourne ainsi dans la maison de son enfance.
Renoir
En 1960, la ville de Cagnes-sur-Mer achète le domaine pour en faire un musée d’une douzaine de pièces « où tout est demeuré en l’état ». Le parc est ouvert au public.
Les musées nationaux enrichissent avec le temps les collections du musée avec des œuvres de Pierre Renoir, Albert André, Aristide Maillol, Marcel Gimond, Richard Guino, Raoul Dufy, Pierre Bonnard entre autres.
Villa de Renoir, Domaine des Collettes est une villa située au
19 chemin des Collettes à Cagnes-sur-Mer

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

Une réflexion sur « Musée Renoir de Cagnes-sur-Mer »

  1. Bonjour Elisabethh ITTI
    Ah la Côte d’Azur, Les Collettes…
    J’aime beaucoup Pierre Auguste RENOIR: pour ce qu’il a peint bien sûr, mais également pour ce qu’il a dit et écrit; il avait la peinture chevillée au corps; jusqu’à ses derniers jours où il peignit malgré d’énormes douleurs.
    Un monument.
    Merci
    N.B.: que ne m’aide t-on à élever pareil lieu ici, tandis qu’il se jette des millions dans des œuvres dérisoires de l’Art dit contemporain (avec majuscules, donc) qui ne vaudront pas tripette Demain ?.
    —-Message d’origine—-

Les commentaires sont fermés.