La Kunsthalle de Mulhouse

Ce vendredi 27, la ministre de la culture Madame Christine Albanel a signé la convention de labellisation de ville d’art et d’histoire de Mulhouse à la Kunsthalle de Mulhouse.christine-albandel-kunsthalle-mulhouse.1238429160.jpg
L’exposition, la Notte confié au commissaire Lorenzo Benedetti a comme point de départ le film d’Antonioni, la difficile recherche de l’identité des personnages, l’ambiguité qu’elle génère et cela confère au film une valeur artistique et une absence de récit qui le rapproche des problématiques de l’art contemporain. La perception, la réalité, l’identité, l’ambiguité, la vérité sont différents thèmes présentés dans cette première exposition. Dans la Notte les oeuvres qui les incarnent sont mises en relation avec l’espace qui les accueille.
La Notte renvoie également à la transformation et à l’évolution de l’identité, elle permet un hommage particulier au lieu. L’histoire et le passé sont amenés à s’effacer lentement de nos mémoires. C’est pour cette raison que l’exposition a un lien avec l’architecture du bâtiment évoquant ainsi, avec intensité, des réminiscences historiques. L’architecture stricte rationnelle et élégante du bâtiment d’origine devient un élément à part entière de l’expace d’exposition, une pièce de l’expostion, dans la mesure où elle est considérée comme point de départ, point à partir duquel s’est opéré une transition architecturale, mais aussi base sur laquelle s’est construite une exposition.
La cheville ouvrière de cette aventure qui en a permis l’aboutissement, grâce à sa volonté opiniâtre depuis 20 ans, soit 4 mandats du dynamique  est l’adjoint à la culture de la ville Michel Samuel Weis
D’emblée cette première exposition, poétique, dépouillée, minimaliste, conceptuelle, met la barre très haut. Qu’à cela ne tienne des visites guidées, permettent à tout un chacun d’aborder les oeuvres.
kunsthalle-mulhouse.1238423112.JPG Sur la facade vitrée de la Kunsthalle, Laurent Grasso a réalisé une oeuvre in situ. Il a installé une grande éclipse en néons, qui accompagne la totalité du cycle d’expositions, conçu par Lorenzo Benedetti. Laurent Grasso considère ses éclipses comme un évènement semi-miraculeux qui réunit un coucher de soleil et une éclipse, évènement rare et presque surnarturel.
Une oeuvre qui a surpris la ministre est celle d’Italo Zuffi « la replica » c’est une parfaite imitation en marbre de quatre italo-zuffi-la-replica.1238424590.jpgmodèles de brique. Le matériau noble si couteux du marbre sert ici à la réalisation d’un objet ordinaire. L’artiste met l’accent sur le pouvoir de l’architecture à travers le choix du matériau, tout en soulignant le caractère de cette supériorité sur ce qui l’entoure.
En invitant Tatiana Trouvé, le commissaire introduit des oeuvres qui viennent troubler les dimensions, les perspectives et les échelles d’un lieu. Il prend le parti de bousculer les perceptions du spectateur.
Vous pouvez lire sur le blog du journaliste Dominique Banwarth, président de l’association Mulhouse Art contemporain, un présentation des oeuvres et des artistes.

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

3 réflexions sur « La Kunsthalle de Mulhouse »

Les commentaires sont fermés.