Lucas Cranach – La Fontaine de Jouvence

La Gemäldegalerie de Berlin, est l’une des plus importantes  pinacothèques du monde. Six siècles de peinture européenne y ont trouvé un magnifique écrin. La période va du haut Moyen Age, avec de précieux retables, au crépuscule de la tradition baroque vers la fin du XVIIIe siècle. Une subtile sélection de chefs-d’œuvre issus de toutes les écoles et toutes les époques artistiques, permettent d’y être confronté. Cela m’a permis de voir l’original du jugement dernier de Bea Angelico, des annonciations de Fra Filippo Lippi et de Filippino Lippi.
J’ai retenu dans  la salle des Cranach, une toile qui me fait sourire, tellement actuelle, ancêtre des cliniques de rajeunissement suisses et des cliniques d’esthétique actuelles.
« La Fontaine de Jouvence »  ( 1546) luca-cranach-la-fontaine-de-jouvence.1235864358.JPGLa peinture de Cranach traite des êtres humains à l’immortalité et à la jeunesse éternelle. L’âge venant, ils rêvent de jouir à nouveau du printemps de la vie, de pouvoir abandonner leur enveloppe corporelle usée et de l’échanger contre une nouvelle. L’idée de la force purificatrice des éléments, en particulier l’eau, est aussi vielle que le monde. Un bassin dans lequel on descend par quelques marches constitue l’élément central de la scène. Il est placé au milieu d’un paysage imaginaire, loin de toute habitation. Des femmes et des hommes ont rejoint ce lieu isolé afin de plonger dans ces eaux miraculeuses. Ils ont dû pour cela endurer mille peines. Dans la partie gauche de l’image, des femmes toutes ridées et vacillantes de faiblesse sont transportées jusqu’à la fontaine sur des chariots, des brouettes ou des civières. Une fois déshabillées, un médecin les examine avant qu’elles se baignent. Là, dans l’eau, se déroule le processus de rajeunissement progressif. Leurs rides disparaissent. Leur corps prend à nouveau une teinte rose, leur peau se tend : elles se transforment en jeunes filles. Au sortir du bassin, elles sont accueillies par un galant homme qui les guide vers une tente, à l’intérieur de laquelle, elles endosseront de nouveaux habits. C’est ainsi que de vieilles paysannes se transforment en demoiselle de la cour s’adonnant avec insouciance aux plaisirs de la vie. A la joyeuse animation de la table de fête, à la danse, à la musique et aux jeux amoureux, correspond un paysage florissant, celui du royaume de la jeunesse éternelle.
Un paysage rocheux et aride dans lequel sont représentés les tourments de la vieillesse lui fait face, formant un contraste saisissant. Le pilier de la fontaine, qui achemine l’eau de la source vers le bassin, est orné de sculptures de Vénus et d’Amour. Elles montrent qu’il ne s’agit pas là uniquement d’une fontaine de jouvence mais plutôt d’un puits d’amour, et que la force du sentiment est bien la véritable source de jeunesse éternelle.
Et pourquoi cela n’expliquerait pas un peu, l’attirance de beaucoup d’hommes pour les femmes très jeunes, imaginant naïvement que cela agira comme un bain de jouvence…. La version féminine attirée par des jeunes hommes est plus rare, car les femmes ont davantage le sens du ridicule…..

   Send article as PDF   

Auteur : elisabeth

Pêle-mêle : l'art sous toutes ses formes, les voyages, mon occupation favorite : la bulle.

7 réflexions sur « Lucas Cranach – La Fontaine de Jouvence »

  1. Your article has proven useful to me. It’s very informative and you are obviously very knowledgeable in this area. You have opened my eyes to varying views on this topic with interesting and solid content.

  2. Ping : Dan Mason
  3. Vieille chimère, en effet que la fontaine de jouvence !
    Il existe au château de la Manta à Saluces, une fresque tout à fait captivante représentant justement une fontaine de jouvence. Œuvre de Giacomo Jaqueiro (un peintre du XVe que je connais mal), cette peinture nous montre notamment avec beaucoup de verve les ébats dans la fontaine elle-même. A droite de la composition, une figure qui s’habille semble une allusion au Christ. En vérité, tout est beau dans cette oeuvre ! J’ai trouvé un lien pour la reproduction http://arcanadei.com/misteri-locali/il-castello-della-manta-a-saluzzo/manta1.jpg
    A bientôt Elisabeth ! François

  4. Cher anonyme, Le prisme, terme masculin, semble n’avoir que peu d’angle, cet angle réduit sous lequel tu perçois les choses de ton point de vue.
    Il faut vraiment taper fort pour susciter des réactions, >;-> 🙂

  5. Je viens de lire sur ton blog beaucoup de choses fort intéressantes. Sauf, sauf….Il faudra nous convaincre de la véracité du ridicule côté homme…Je sais de longue date que le ridicule était typiquement féminin. Me serais-je trompé ?

  6. C’est ce qu’on appelle « Gagnant, gagnant » ? Je n’avais pas envisagé cet aspect de la situation, bravo, bien trouvé et si joliment exprimé.

  7. à moins que ces hommes-là (ceux attirés par de très jeunes femmes) imaginent qu’elles viennent de passer par ce fameux bain de jouvence : l’épaisseur humaine que confère l’expérience de la vie et l’énergie d’un corps jeune…

Les commentaires sont fermés.