Art Basel 2016

Le New York Times la qualifie d’«Olympiade de l’art mondial». Le plus grand musée du monde a ouvert ses portes depuis lundi 13 juin 2016, pour les chanceux détenteurs de cartes VIP. Bâle reste sans aucun doute l’épicentre mondial du marché de l’art et de l’art contemporain, malgré l’étendue de la foire après Miami, à Hong Kong.
Dans la section « Art Unlimited » on voit des installations gigantesques, essentiellement pour le cru 2016.  88 oeuvres d’art de grand format dont le commissariat est assuré par  Giani Jetzer  et la direction par Marc Spiegel.
Art Basel 2016
Ce n’est pas moins de 286 galeries d’art,  du monde entier, désignées suite à une sélection rigoureuse, qui exposent des oeuvres modernes et contemporaines de haute qualité: peintures, sculptures, installations, photographies, imprimés, vidéos et multimédia, tout comme des prestations de plus de 4000 artistes. Les maîtres d’art moderne et contemporain les plus renommés de Picasso, Miro, Klee, Warhol et Jeff Koons à la nouvelle génération y sont représentés.
Art Basel 2016
Des valeurs sûres et de nouvelles découvertes dans les divers halls d’AB. Ce rendez-vous incontournable des collectionneurs et acheteurs du monde entier fait la part belle à des artistes de renom – comme le peintre américain Paul McCarthy ou encore Julian Schnabel – et met en lumière de jeunes talents, même si, cette année, la tendance est plutôt aux valeurs sûres. C’est une véritable Tour de Babel où résonnent toutes les langues.
La haute qualité, la grande variété et la participation internationale ont procuré à Art Basel une réputation inégalée. Quelques 90 000 artistes, propriétaires de galeries, directeurs de musées, collectionneurs privés et amateurs d’art, participent à ce que les habitués appellent «la réunion de famille annuelle du monde de l’art». Cette interface entre art et artistes suscite des moments saisissants et inspirants.
Eva und Adèle
Elles sont venues, ils sont tous là, les indispensables et habitués du show, le champagne coule à flot.
La tomate vaut son pesant de patates, 4,75 millions de dollars (4,2 millions d’euros) pour la tête du bonhomme imaginé par l’artiste américain Paul McCarth- Tomato Head (Green 1994

McCarthy
Dès l’entrée c’est une performance de «Sculpture mimée» de Davide Balula (2016), avec pantomimes retraçant l’invisible présence de sculptures d’art, inlassablement.
Davide Baluba

« Accumulation: Searching for Destination », de Chiharu Shiota (2014-2016).
est le sujet de tous les photographes

Chiaru Shiota
Une belle installation très poétique «Deux bonnes raisons» d‘Ariel Schlesinger (2015), présenté par Galleria Massimo Minini (Brescia), est un mouvement chorégraphié répété entre deux grandes feuilles de polypropylène.
SchlesingerSans oublier la Collector House de Hans Op de Beeck
Hans Op de Beeck
Il était difficile de manquer l’œuvre de Ai Weiwei intitulée  » White House  »
qui en arrière plan avait une oeuvre de Frank Stella, Damacus Gate.
Cette porte de Damas se reflétait dans les boules de verre pied de la construction.
Ai Weiweitout un chacun tenait à avoir la meilleures vue à défaut de selfie
Ai WeiweiTomy Oursler était omniprésent tant à Unlimited qu’au niveau des galeries
Tony OurslerUn gag imaginé par Laure Lima ascenceur
C’était une fête de l’art, parfois étonnant, incongru, les valeurs sures se situant au niveau
des galeries du rez-de-chaussée.
Un coup de coeur spécial pour la vidéo de William Kendridge
William Kendridge
Foires « off » :
Liste, Burgweg 15, Bâle.
Photo Basel, Volkshaus Basel, Rebgasse 12-14, Bâle.
Rhy Art Fair, Saalbau Rhypark, Muelhauserstrasse 17, Bâle.
Scope Basel, Clarahuus, Webergasse 34, Bâle.
The Solo Project, Dreispitzhalle, Helsinki Strasse 5, Bâle.
Volta 12, Markthalle, Viaduktstrasse 10, Bâle
Ainsi que Desing Miami
Art Basel
 

Art Parcours dans le quartier de la cathédrale
Une application smartphone à télécharger permet de suivre
l’intégralité de la « Messe » tant au niveau des plans, des galeries, des artistes
des horaires, et du coût d’entrée.

   Send article as PDF   

Sommaire de janvier 2016

Robert Cahen, Retable du XXIe s, Tombe 2016
Robert Cahen, Retable du XXIe s, Tombe 2016

02 janvier 2016 : Le Musée Unterlinden
08 janvier 2016 : Cours Publics 2016
09 janvier 2016 : Prédelles pour Aujourd’hui
11 janvier 2016  : Tristan Tzara, l’homme approximatif
14 janvier 2016 : Yusuf Sevinçli « Dérive »
17 janvier 2016 : Nuit des Musées bâlois 2016
18 janvier 2016 : Les Muses de Didier Paquignon à la Fondation Fernet Branca
20 janvier 2016 : Fragonard amoureux. Galant et libertin
24 janvier 2016 : Marc Chagall : Le Triomphe de la musique
29 janvier 2016 : « Warhol Unlimited »

   Send article as PDF   

Sommaire de mai 2015

 Marcus Gheeraerts le Jeune, "Robert Devereux", vers 1597, 218 x 127,2 cm, huile sur toile, National Portrait Gallery, Londres, © National Portrait Gallery, London, England
Marcus Gheeraerts le Jeune, « Robert Devereux », vers 1597, 218 x 127,2 cm, huile sur toile, National Portrait Gallery, Londres, © National Portrait Gallery, London, England

04 mai 2015 : Eva Aeppli
06 mai 2015 : Holbein. Cranach. Grünewald – Chefs-d’oeuvre du Kunstmuseum
09 mai 2015 : Martin Boyce au Gegenwartskunst de Bâle
18 mai 2015 : Georg Baselitz dans la collection Frieder Burda
21 mai 2015 : Jörg Immendorff « Les théâtres de la peinture »
23 mai 2015 : Les Bas-fonds du Baroque, la Rome du vice et de la misère
25 mai 2015 : Temps contre Temps – Robert Cahen
28 mai 2015 : Les Tudors au musée du Luxembourg

   Send article as PDF   

Temps contre Temps – Robert Cahen

Jusqu’au 27 septembre 2015, le musée du Temps de Besançon
accueille Robert Cahen, artiste-vidéaste, pour la présentation de trois
de ses installations vidéo dans l’espace du Grand Comble au
troisième étage du musée :
Le Maître du Temps – Pierre Boulez dirige « Mémoriale »,
Traverses et Temps contre Temps.

Robert Cahen, Pierre Boulez, L’art de diriger, 2011 Entretien/réalisation Robert Cahen 11mn, projection sur moniteur Montage Thierry Maury Production : Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains, Pixea Studio avec le soutien du festival Musica © ADAGP Paris 2015
Robert Cahen, Pierre Boulez, L’art de diriger, 2011
Entretien/réalisation Robert Cahen
11mn, projection sur moniteur
Montage Thierry Maury
Production : Le Fresnoy-Studio national des arts contemporains, Pixea Studio avec le soutien du
festival Musica © ADAGP Paris 2015

Né en 1945, Robert Cahen est un pionnier de l’art vidéo. Son oeuvre, empreinte de thématiques universelles, s’intéresse en particulier aux questions de temporalités et notamment au rapport musique et temps, rythme et silence.
Cette exposition met l’accent sur une facette de sa vaste production artistique, reconnue dans le monde entier. Son parcours de poète aux semelles de vent donne le vertige
Robert Cahen, Le Maître du temps - Pierre Boulez dirige «Mémoriale», 2011. Interprété par l’Ensemble Intercontemporain, 7’, deux projections HD en boucle sur une surface, couleur, sonore. Guillaume Brault, chef opérateur, Frédéric Prin, ingénieur du son. Production : Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains. Photographies : Nicolas Fussler. Collection de l’artiste © ADAGP Paris 2015
Robert Cahen, Le Maître du temps – Pierre Boulez dirige «Mémoriale», 2011.
Interprété par l’Ensemble Intercontemporain, deux projections HD en boucle sur une surface, couleur, sonore. Guillaume Brault, chef opérateur, Frédéric Prin, ingénieur du son.
Production : Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains.
Photographies : Nicolas Fussler.
Collection de l’artiste © ADAGP Paris 2015

Dans l’installation, Le Maître du Temps – Pierre Boulez dirige « Mémoriale », Robert Cahen filme le chef d’orchestre Pierre Boulez dirigeant sa pièce, composée en 1985 et interprétée par l’Ensemble Intercontemporain. Ici, l’artiste ne filme que Pierre Boulez et met en scène la gestuelle du chef d’orchestre, expression physique du rythme de la musique et plus largement du passage du temps.
Cette pièce centrale de l’exposition permettra aussi de créer un lien avec le Festival de Musique et le Concours International des Chefs d’Orchestre à l’automne prochain.
Cette pièce était présentée lors de l’exposition de Robert Cahen « Entrevoir » au
Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg en 2014 (MAMCS)
Photo Robert Cahen ©
Photo Robert Cahen ©

Avec Traverses, l’image, encadrée tel un tableau, est envahie par un brouillard, qui enveloppe, cache ou révèle des personnes. Enfants, hommes et femmes se succèdent lentement et seront « mangés, happés » par cette matière blanche. Ces actes d’apparition et de disparition se succèdent, donnant forme au passage du temps et renforçant son sentiment de fugacité, dans une atmosphère poétique.
Robert Cahen, Temps contre temps, 2014 4mn, projection vidéo en boucle, noir et blanc,sonore Image Robert Cahen Production Pixea Studio Collection de l’artiste © ADAGP Paris 2015
Robert Cahen, Temps contre temps,
2014
4mn, projection vidéo en boucle, noir et
blanc,sonore
Image Robert Cahen
Production Pixea Studio
Collection de l’artiste
© ADAGP Paris 2015

L’installation vidéo Temps contre Temps, quant à elle, s’inscrit dans une vision plus large de l’histoire de l’art en mettant en scène la rencontre entre Indestructible Objet (1923-1959) de Man Ray et Infiltration homogène pour piano à queue de Joseph Beuys (1966), ou la rencontre entre deux temporalités : celle rythmée du métronome et celle silencieuse du piano.
Ces pièces était présentées lors de l’exposition de Robert Cahen « Entrevoir » au
Musée d’Art Moderne et Contemporain de Strasbourg en 2014 (MAMCS)
Ces oeuvres ont été choisies pour leur capacité à entrer en résonance avec les collections du musée du Temps, que ce soit par l’expression du passage inéluctable et éphémère du temps ou par la représentation du rythme dans un contexte musical. C’est aussi l’occasion de continuer à faire dialoguer des collections historiques sur la mesure du Temps avec des oeuvres plus contemporaines.
Commissariat scientifique
Emmanuel Guigon, directeur des musées du Centre
Laurence Reibel, conservatrice du musée du temps
Assistés de Marion Gloret, attachée de conservation
Musée du Temps
Scénographie
Thierry Maury, Pixea studio
Equipe technique des musées du Centre
Graphisme
Jean-François Devat, PAO de la Ville de Besançon
un petit bijou qui correspond bien au travail de Robert Cahen
le Catalogue d’exposition
« Temps contre Temps – Robert Cahen – Installations vidéo »
Edition, Ville de Besançon, 2015
80 pages, couleur, 9 €
ISBN 978-2-906610-38-5
La liste des expositions et des pays visités par l’artiste est immense,
vous pouvez la consulter dans le catalogue
Musée du temps
96 Grande Rue
25000 Besançon (France)
Tél. +33 (0)3 81 87 81 50
Fax : +33 (0)3 81 87 81 60
www.mdt.besancon.fr
www.facebook.com/mdt.besancon
Horaires d’ouverture
Ouvert du mardi au samedi de 9 h 15 à 12 h
et de 14 h à 18 h.
Dimanche et jours fériés de 10 h à 18 h.
Fermé le lundi et les 1er janvier, 1er mai,
1er novembre et 25 décembre.
Tarifs
Plein tarif : 5€.
Tarif réduit : 2€50
(plus de 60 ans, Amis des Musées hors
Besançon, Villes jumelées, COS Ville de
Besançon, Carte Cezam/Fracas)
Tarif réduit le samedi et tous les jours une
heure avant la fermeture du musée.
Entrée gratuite : pour les moins de 18 ans,
Entrée gratuite pour tous les dimanches et
jours fériés
Renseignements et réservations à l’Office de Tourisme.
Téléphone : 03 81 80 92 55

   Send article as PDF   

Nuit des Musées de Bâle

Les musées de Bâle ouvrent leurs portes la nuit !
le vendredi 16 janvier.
nuit des musées
Une nuit pour découvrir ou redécouvrir la richesse culturelle de notre voisine suisse.
Passer toute une nuit au musée, enfin une partie.
C’est l’expérience que propose chaque année la ville de Bâle, la ville où il y a un musée à tous les coins de rue ou presque !
Et pour cela, elle y met les moyens avec une quarantaine de musées et institutions participant à l’évènement, comme le Gegenwart Kunstmuseum Basel, l’Anatomisches Museum ou le Naturhistorisches Museum Basel ou encore le Musée de la musique qui inaugurera à cette occasion sa nouvelle exposition sur les guitares, sans oublier tous les autres.
Mais ce n’est pas une simple visite d’une exposition ou la découverte des collections que l’on vous propose, c’est surtout une expérience à vivre, avec des rendez-vous concoctés par chacun des participants : des visites guidées, des concerts, des lectures, des projections, des conférences, des jeux et toutes sortes d’animations.
Accès Transport, buvette etc …
Pour la nuit des musées de cette année, la Fondation Beyeler vous invite à un triple voyage de découverte :
Beyeler
les visiteurs ne pourront pas seulement partir sur les traces de l’origine du monde dans les oeuvres de Gustave Courbet ou se laisser ensorceler par les paradis aux couleurs éclatantes de Peter Doig.
Les collages vidéo fascinants de Marco Brambilla et leurs images époustouflantes transforment également la Fondation Beyeler en un spectaculaire cinéma 3D.
Des ateliers captivants et des visites guidées en plusieurs langues, un jeu dans le musée à vous couper le souffle, ainsi qu’un bar à glaces et les délices du Restaurant Berower Park complètent ce programme.
Programme de la Nuit des musées à la Fondation Beyeler :
Courbet
« L’ORIGINE DES MONDES »
16 janvier 2015, 18h00 – 02h00
Megaplex 3D Trilogy
« L’origine des mondes » de Marco Brambilla 18h00 – 02h00
L’artiste vidéo Marco Brambilla présente sa Megaplex Trilogy en 3D Civilization (2008, 3:00 min.),
marco Brambilla
Evolution (2010, 3:04 min.)
et Creation (2013, 4 min.) au musée.
Entretien avec l’artiste Marco Brambilla 20h00
Michiko Kono, Associate Curator à la Fondation Beyeler, s’entretient en anglais avec l’artiste.
Atelier 1: Les quatre éléments 18h00 – 21h00 Expériences artistiques à l’Atelier
Atelier 2: Cavernes, grottes, ténèbres nocturnes 18h00 – 23h00
Expériences artistiques au Musée Jeu dans le musée
« Couper les images en quatre » 18h00 – 24h00
Un amusant jeu d’enquête invite à explorer les fascinantes expositions
« Gustave Courbet » et « Peter Doig ».
Des animations à Fernet-Branca
Fernet Branca
Preuve en est faite encore avec la Fondation Fernet-Branca à Saint-Louis qui participe également à l’opération.
Elle ouvrira ses portes à partir de 18h30 avec la visite libre de l’exposition
« Prendre le temps » en présence des artistes Denis Ansel, Joseph Bey, Robert Cahen, Bernard Latuner, Guido Nussbaum et Germain Roesz, Daniel Dyminski.
Artistes-400x262
Ce dernier détruira l’une de ses œuvres pendant une performance, de 21h à 21h30.
De 18h30 à 20h, les enfants pourront participer à un workshop sur le thème du cadavre exquis.
Ils laisseront place ensuite jusqu’à 2h aux étudiants de la HEAR qui présenteront le projet Checkpoint, à la fois geste, performance, diffusion sonore, sur le corps et l’espace.
After party dans les clubs bâlois
Et la nuit n’est pas finie ! Quand les musées éteignent les lumières, ce sont les clubs qui allument les spotlights : on peut ainsi écouter de la musique dans une ambiance lounge de 22h à 2h au BKB Lounge, puis danser à partir de 2h dans les clubs de la ville : Die Kuppel, HeK, Hinterhof, Nordstern.
Attention, contrairement à l’édition française et européenne de la Nuit des Musées 2015, la Nuit des Musées bâlois n’est pas entièrement gratuite. Pour avoir accès à toutes ces animations, il faut acheter un billet, de 24 francs suisse, valable dans tous les musées participants et sur une partie du réseau de transport en commun.
Museums-Pass-Musées: Echangez votre billet de la nuit des musées contre une remise de CHF 9.- ou EUR 6,- sur présentation du Museums-Pass-Musées
(pass annuel plein tarif).
Il ne reste plus qu’à vous concocter un chouette programme.

 

   Send article as PDF   

Sommaire de décembre 2014

Chers lecteurs,
une année 2014 riche en expositions laisse place à un programme  2015,  alléchant,
Belle année artistique, oui l’art rend heureux,
Belles découvertes, rencontres, lectures.
!cid_image002_jpg@01D01862
– PAUL GAUGUIN à la Fondation Beyeler
8.2.2015 – 28.6.2015

– Les Tudors (18 mars – 19 juillet 2015) Musée du Luxembourg
– Velázquez (25 mars – 13 juillet 2015) Grand Palais, galeries nationales
– Jean Paul Gaultier (1er avril – 3 août 2015) Grand Palais, galeries nationales
– Icônes américaines. Chefs-d’oeuvre du SFMOMA et de la collection Fisher (8 avril – 22 juin 2015) Grand Palais, galeries nationales
– Cap sur l’Amérique. Napoléon de Waterloo à l’île d’Aix (22 avril – 21 juillet 2015) Château de Malmaison / Musée Napoléon de l’île d’Aix Napoléon Ier ou la légende des arts (24 avril – 27 juillet 2015) Palais impérial de Compiègne
– Art Fiction, de la ville aux étoiles (22 mai – 27 septembre 2015) Vieille Charité, Marseille Echanges au Néolithique.
– La Première industrie du luxe (juin – novembre 2015) Musée national de la Préhistoire, Les Eyzies-de-Tayac
– Fragonard amoureux (16 septembre – 24 janvier 2016) Paris, musée du Luxembourg
– Elisabeth Louise Vigée Le Brun (1755-1842) (23 septembre – 11 janvier 2016) Grand Palais, galeries nationales
– Joie de Vivre (26 septembre – 17 janvier 2016) Lille, palais des Beaux-Arts
– Picasso et l’art contemporain (titre provisoire) (7 octobre – 29 février 2016) Grand Palais, galeries nationales
-Lucien Clergue (13 novembre – 15 février 2016) Grand Palais, galeries nationales

Anish Kapoor, sous les ors de Versailles

60 ans, sera ainsi le 8e artiste à intervenir dans les différents espaces du domaine, après l’Américain Jeff Koons en 2008, le Français Xavier Veilhan en 2009, le Japonais Takashi Murakami en 2010, le Français Bernar Venet en 2011, la portugaise Joana Vasconcelos en 2012, l’Italien Giuseppe Penone en 2013, et l’artiste coréen Lee Ufan cette année.


Sommaire de décembre :
01 décembre 2014 : Peter Doig à la Fondation Beyeler
02 décembre 2014 : Haïti au Grand Palais
11  décembre 2014 : Degas à la Staatliche Kunsthalle Karlsruhe – Classicisme et expérimentation
13 décembre 2014 : Une collection abondante à la Fondation Pierre Gianadda à Martigny
15 décembre 2014 : Jeff Koons restrospective à Beaubourg
24 décembre 2014 : Joyeux Noël

   Send article as PDF   

Prendre le temps à la Fondation Fernet Branca

ANSEL / BEY/ CAHEN / DYMINSKI / LATUNER / NUSSBAUM / ROESZ

vous convient » à prendre le temps » à la Fondation Fernet Branca

à vos agendas
Du 20 septembre 2014 au 8 mars 2015


La Fondation Fernet-Branca à Saint-Louis est heureuse d’accueillir l’œuvre de
7 artistes indépendants (photo, manque Germain Roesz). Associés à une historienne d’art, Fleur Chevalier, les artistes se proposent d’exposer leur évolution en confrontant leur travail et en croisant leurs trajectoires sur la scène contemporaine, de 1970 à aujourd’hui.
4 décennies. 7 visions du monde. 7 parcours singuliers.

              Visite guidée, germain Roesz, Robert Cahen, Denis Ansel

Par tranches de dix ans, « Prendre le temps » veut observer l’ouverture de ces 7 expériences sans en boucler le sens, comme on pourrait l’attendre d’une rétrospective, ainsi que restituer, intact, le foisonnement complexe et les incertitudes de tout itinéraire artistique. Nul apogée dans la carrière d’un artiste sinon une négociation permanente avec le principe de réalité, traversée par l’histoire de l’art et l’influence des courants qui ont marqué la période contemporaine – Figuration narrative, Nouveaux Fauves, Anti-art, art conceptuel, Support-Surface, Colorfield painting, musique concrète et minimaliste… – sans oublier, bien sûr, leurs figures tutélaires.
7 artistes, une histoire.
Germain Roesz, Daniel Dyminski, Robert Cahen, Guido Nussbaum, Bernard Latuner, Denis Ansel, Joseph Bey

Analytique, Germain Roesz désosse la grammaire de la peinture et joue du pinceau comme on frappe des percussions, le rythme dégageant de puissants refuges colorés dans l’espace dense de ses jungles optiques.
Aveuglée par ses soleils polychromes, la rétine trouvera le repos dans les paysages lunaires de Joseph Bey. Ses Plaques accidentées, poncées, érodées comme le sol qu’il aime fouler, inlassable, lorsqu’il marche par monts et par vaux, résonnent avec les horizons détricotés à l’oscilloscope par Robert Cahen dans son installation vidéo Paysages-Passage. Sa formation de compositeur en musique concrète lui a appris à traiter l’image comme des sons : « il aiguise notre regard, et […] nous conduit à mieux voir et à mieux entendre le monde » (Stéphane Audeguy).
C’est l’autodestruction qui, à l’échelle humaine, socio-économique et personnelle, occupe Daniel Dyminski, dont la peinture satirique entretient un dialogue permanent avec ses performances, visant à démystifier le sacro-saint statut de l’artiste.
« Je suis trop vieux pour être punk ! », déclare Guido Nussbaum (vidéo), qui se taille volontiers le costume burlesque d’un prestidigitateur-loser. Et pourtant, son travail polymorphe, entre photo, vidéo, peinture et sculpture ne cesse de discourir sur la fonction et l’image publique de l’artiste dans la société. Il manquait un Chaplin à l’art contemporain.
Loin de la dérision, frontal, Bernard Latuner a trouvé sans détour sa place de lutteur dans la société en optant pour le militantisme. Sa peinture indignée recycle des photos documentaires au cinéma en passant par les news pour mieux haranguer les foules passives de spectateurs. Car c’est bien un mode alternatif de « consommation » des images que proposent ces 7 artistes, à l’instar de Denis Ansel, moine copiste du visible, iconodoule critique dont les toiles interrogent la béance entre la représentation et son sens, un vide qu’il tente de palier dans son travail récent en restaurant l’aura des clichés banals qu’il prend pour modèles.
Pour en arriver là, chacun a pris le temps de se perdre, de se chercher, de se redécouvrir, le plus souvent à l’écart du marché de l’art. C’est cet écart avec le monde et le torrent des mass media qui les rapproche.
texte : Fleur Chevalier


Commissaire associée aux artistes de l’exposition : Fleur Chevalier
Directeur de la Fondation Fernet-Branca : Pierre-Jean Sugier. pjsugier@fondationfernet-branca.org

                Vidéos de Robert Cahen et toiles de Joseph Bey

Conférence
« Une Fondation pour demain »
Vendredi 7 novembre 2014 à 19h30.
Pour débattre, sont invités :
– Olivier Kaeppelin, directeur de la Fondation Maeght
– Marie‐France Bertrand, directrice du Musée Wurth, représentante de la Fondation Wurth située en Allemagne.
– Isabelle Gaudefroy, directrice de la programmation Fondation Cartier
– Pierre‐Jean Sugier, directeur Fondation Fernet‐Branca, médiateur du débat.

Le débat se prolonge autour d’un buffet.
Entrée 7 euros, gratuit pour les membres du Club des Amis de la Fondation Fernet‐Branca

 Ouverture :
Tous les jours,
de 14h00 à 19h00 sauf lundi et mardi
Tarif
8 € 6 €
– Groupes 10 personnes minimum
– Etudiants de moins de 26 ans
– Carte Cezam 0 €
– Enfants de moins de 12 ans,
– MuseeumsPass
 

   Send article as PDF   

Robert Cahen, Entrevoir au MAMCS

Robert Cahen
Jusqu’au 11 mai
la  commissaire, qui a choisi la thématique est  Héloïse Conesa, la scénographie a été conçue par Thierry Maury,
Le poète dit « Je suis un mensonge qui dit toujours la vérité »
extrait du journal d’un inconnu de Jean Cocteau

Pas de chemise bleue ? interroge une admiratrice de l’artiste, en effet c’est de violet qu’il s’habille (la chemise) ce jour de vernissage
Le violet est une couleur royale qui représente la subtilité, le mystère, le romantisme, l’idéalisme, la protection, la mélancolie, la fraicheur, la pureté, la paix et le luxe. (dictionnaire)
Le violet est, dans la synthèse soustrative [……… ] une couleur secondaire issue du mélange entre le bleu et l’orange et, dans la synthèse additive (lumière), etc …
C’est toute la caractéristique de l’oeuvre de Robert Cahen.
Dans l’exposition Entrevoir du Musée d’Art Moderne et contemporain de Strasbourg ce sont les deux dernières décennies qui sont montrées, 16 vidéos et installations, dans l’espace conséquent du musée.  Elle nous donne l’occasion d’
« Entrevoir » :
Subtilité, mystère, romantisme, idéalisme, mélancolie, fraîcheur, pureté, paix, sérénité, lumière, spiritualité.
Certaines oeuvres déjà connues, mais aussi des nouveautés comme « Entrevoir » qui donne son titre à l’exposition. Une mystérieuse traversée de la forêt vosgienne, nous mène à travers champs,  avec une tonalité bergmanienne, à la recherche des Fraises Sauvages.
L’Entre, les passants du monde. Françoise Endormie.
Robert Cahen Visions Fugitives
Dès l’entrée du musée, les Visions Fugitives laissent entrevoir cette partie d’Asie que l’artiste aime tant.
Jeune compositeur, ancien élève de Pierre Schaeffer,  à l’orée des années 70, diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris Service de la recherche de la RTF, qui l’intègre dans son équipe en tant que chercheur, responsable de recherches à l’INA, pour ensuite produire ses propres créations.  Robert Cahen rencontre à New York un certain Nam June Paik (1977),  année au cours de laquelle  il pose les bases de son travail de l’image. Lauréat, hors les murs, de la Villa Médicis à Rome, (1992) il parcourt le monde. Professeur associé au Fresnoy, dans les années 2012, il réalise un film sur Pierre Boulez, le maître du temps dirigeant  « Mémoriale » que l’on peut voir de face comme de dos.
Le fil conducteur  des oeuvres de Robert Cahen interroge le temps, le passage, la mémoire, l’apparition et la disparition. Autant de façons de réfléchir sur l’humain et sa “finitude”, dans une gravité mélancolique qu’illustrent des pièces comme Suaire ou Françoise endormie, Traverses.  La foule ou la rue sont des sujets récurrents dans son travail, un poète de l’intériorité, de l’introspection méditative dont témoignent fortement ses Portraits.
Robert Cahen
Robert Cahen est à l’image de certains oiseaux migrateurs qui voguent d’un continent, l’autre, à la rencontre de la beauté et de la poésie du monde, qui sont au cœur de son travail . Mais qu’est-ce qui fait courir Robert Cahen ? Il n’est jamais à court d’idées, un projet à Macao juxtapose un autre aux Philippines, la Patagonie, l’Argentine, proustien et baudelairien, dans sa recherche du temps, qu’il ne perd jamais, en tentant de l’arrêter, par des effets qui lui sont si personnels, reconnaissables, flous, poétiques.
« C’est en regardant longtemps de l’eau tomber, et en écoutant le bruit de sa chute, que le temps semble s’arrêter ».Robert Cahen
Robert Cahen Entre
Du pôle nord, à l’équateur, en passant par l’Asie, les Etats Unis,  l’Europe, l’Alsace,  aux antipodes du monde, tout l’intéresse. Les traces de ses envolées sont visibles. Son œuvre vidéo est là pour nous montrer ses voyages et la réalité qu’il en extrait.  Dans ses nombreux voyages, il regarde défiler, le paysage, les gens. C’est ainsi que l’on croit percevoir, des souvenirs d’enfance, de vie d’adultes de tous âges, de toutes nationalités, avec une préférence pour l’Asie, des références cinématographiques à Hitchcock teintées d’érotisme, de fétichisme. Ce sont des rencontres, des apparitions, des disparitions,  qui évoquent le passage éphémère des choses et du temps. Ce temps suspendu, étiré, proustien dixit Stephan Audeguy, saturnien, onirique, où les personnages effectuent des passages, pour devenir flou avant de disparaître.
Robert Cahen
Les images sont musicales, les sons qui les accompagnent sont une évidence, le compositeur de musique concrète a rejoint l’œil du cinéaste, non pas comme dans un documentaire, mais dans un conte de souvenirs, une invitation à voir et regarder les choses, la beauté du monde, par le prisme du poète.
Dans un temps ralenti, arrêté,  pour mieux voir et en même temps nous faire toucher du regard, sinon de la conscience de l’éphémère de la vie. De l’eau qui coule, des corps qui flottent, comme le temps, la vie qui s’écoulent de façon immuable. Par cela même c’est une évocation constante de la mort, voire d’êtres chers disparus.
Contempler, pour en extraire les grâces, il a inventé un rapport à la beauté du monde. Affinité touchante avec les estampes, un désir de rendre au monde sa réalité, un rapport au temps et à l’éternité, tout en nous emmenant dans son voyage dans l’imaginaire.
C’est un personnage touchant, aux rêves communicatifs, ses amis du monde entier peuvent témoigner de sa curiosité, de sa cordialité, de son amabilité, et de son ouverture au monde.
pour lire la suite cliquez
Continuer la lecture de « Robert Cahen, Entrevoir au MAMCS »

Sommaire de septembre 2013

 
Festival Musica : Robert Cahen – vidéos et installations

04 septembre 2013 : Le mystère du roi bleu de Max Ernst
07 septembre 2013 :  les aventures de la vérité
10 septembre 2013 :  Photographes en Alsace 2013
19 septembre 2013 :  Figures du pouvoir – Olivier Roller
26 septembre 2013 :  Roux et rousses – photographies de Geneviève BOUTRY

   Send article as PDF   

Robert Cahen – La peinture en mouvement – Les œuvres du musée Unterlinden

La peinture en mouvement
Les œuvres du musée Unterlinden sous le regard de
Robert Cahen  – Installations vidéo
Du 4 avril – 31 décembre 2013

Robert Cahen devant le panneau de la Résurrection du Retable d’Issenheim – Matthias Grünewald (1475-1528)

Le Musée Unterlinden, qui célèbre cette année le 160ème anniversaire de son ouverture, annonce l’exposition « La peinture en mouvement, les œuvres du musée Unterlinden sous le regard de Robert Cahen, » du 4 avril au 31 décembre 2013.
Pionnier de l’art de la vidéo et de l’utilisation de l’électronique dans le traitement des images, l’artiste restitue, dans cette création, des images des œuvres majeures des collections du musée et particulièrement celles d’art moderne, qui ne sont pas visibles en raison des travaux d’extension. Ainsi, Robert Cahen et son associé Thierry Maury
(Pixea Studio) ont capté des images en effectuant des mouvements lents de façon à créer une respiration cinématographique apportant vie au sujet du tableau et donnant ainsi l’illusion que la peinture s’anime. L’idée est d’appréhender les œuvres, sous un certain regard, en privilégiant des points de vues originaux, qui se concentrent sur les visages des personnages présents, notamment dans les œuvres de Picasso, Renoir, Victor Brauner, Chaissac et bien sûr Grünewald.
La présentation de cette création s’articule sur deux niveaux.
Dans le cloître du musée, l’installation vidéo est composée de six cylindres dans lesquels le visiteur est invité à regarder les images et à s’en approcher.
Dans la galerie, à l’étage, lieu propice au passage des visiteurs, les créations vidéo sont visibles sur des cadres numériques, disposées dans six vitrines parmi les objets exposés.
« Les images poétiques et envoûtantes de Robert Cahen traduisent parfaitement l’esprit du musée. Elles laissent envisager la mise en lumière de nos collections telles qu’elles seront présentées dans l’extension du Musée réalisée par Herzog et de Meuron«  indique Frédérique Goerig-Hergott, conservatrice chargée des collections d’art moderne et contemporain.
Compositeur de formation, Robert Cahen  (1945) est diplômé du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (classe de Pierre Schaeffer). En 1971, il devient membre actif du Groupe de Recherches Musicales (GRM). Chercheur à l’ORTF, Robert Cahen est un pionnier dans l’utilisation des instruments électroniques.
En 1992, il est lauréat de la Villa Médicis hors les murs.
Parallèlement à son travail de composition, il expérimente l’image et la vidéo et oriente progressivement ses recherches vers ces nouveaux media en les traitant de la même façon que les sons. L’identité du travail de Robert Cahen, artiste vidéo depuis 1973, se distingue dans le traitement des ralentis, des oscillations et des mises en mouvement. L’artiste organise et transforme les images, multiplie les points de vue en y associant des sons afin de créer un univers poétique,  jusqu’à l’expérimentation physique de l’œuvre dans sa mise en espace. Considéré comme l’une des figures les plus significatives dans le domaine de la création vidéo, son travail est reconnaissable à sa manière de traiter les ralentis et à sa façon d’explorer le son en relation avec l’image pour construire son univers poétique.
Dès sa première vidéo en 1973, – L’Invitation au Voyage -, il manipule l’image et la rend malléable. Il réalise en 1983 –  Juste le Temps – fiction vidéo de 13’, considérée comme une œuvre charnière pour la vidéo des années 80.
Les œuvres de Robert Cahen sont présentes dans de nombreuses collections publiques en France (Mnam, Paris et Mamcs, Strasbourg) et à l’étranger (MoMA, New York; Harris Museum, Preston; ZKM, Karlsruhe).
Heure Exquise distribue son travail vidéo,  un coffret dvd les oeuvres de 1973-2007  a été édité par Ecart Production, RKN fait partie de la Galerie Lucien Schweitzer, (Luxembourg)
Commissaire de l’exposition : Frédérique Goerig-Hergott, conservatrice au musée Unterlinden
Cette exposition bénéfice du soutien du Cercle des Mécènes Unterlinden et du mécénat en nature de deux entreprises : Frans Bonhomme (tubes en PVC) et Telefunken (cadres numériques).
Autour de l’exposition
Ouverts à tous
Objet du mois de septembre : Promenade autour du cloître des Unterlinden,
« installer un regard », les œuvres du musée sous le regard de Robert Cahen avec l’artiste et de Frédérique Goerig-Hergott
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Visites guidées les dimanches 5 mai, 2 juin, 23 juin et 22 septembre à 10h30
Tarif normal : 10 € / 5€ pour les membres de la Société Schongauer et les détenteurs de la Carte Culture
Réservé aux membres de la société Schongauer Jeudi 23 mai à 18h : Visite guidée par Robert Cahen et Frédérique Goerig-Hergott
Informations pratiques
Musée Unterlinden1 rue d’Unterlinden – 68000 Colmar
Tél. : 03 89 20 15 51
info@musee-unterlinden.com
www.musee-unterlinden.comHoraires
De mai à octobre, tous les jours de 9h à 18h.
De novembre à avril, tous les jours de 9h à 12h et de 14h à 17h.
Fermé le mardi et le 1er novembre.
Et 1 mai et 25 décembre
Tarifs d’entrée
Tarif normal : 8 € Tarif groupe (15 personnes), seniors et Carte Cézam : 6 €
Tarif réduit (12/18 ans, et étudiants – de 30 ans) : 5 €
Tarif famille (à partir de 2 enfants) :
Tarif normal pour le(s) adulte(s), 3€ par enfant (12/18 ans)
Gratuité pour les enfants – de 12 ans, les membres de la société Schongauer, les porteurs du Pass Musées, les scolaires de l’Académie de Strasbourg du Land Bade-Wurtemberg ainsi que les enseignants accompagnateurs.

   Send article as PDF