St'Art – Ann Loubert

Belle découverte à St’Art à la galerie Bamberger, d’Ann Loubert.
La galerie Bamberger à Strasbourg, présente aussi dans sa galerie, des oeuvres de Titus Carmel jusqu’au 10 janvier 2010.

ann-loubert-9.1259803424.jpg

Juxtaposant des estampes d’Ernest Pignon-Ernest, des aquarelles et des dessins, révélent l’étrange monde pictural d’Ann Loubert. Et ses personnages ne le sont pas moins, tant par leur étonnant traitement que par le fond et l’atmosphère qu’ils dégagent…
La peintre d’ailleurs, les dissèque d’une bien curieuse manière, avec des traits à peine esquissés et qui finissent par se perdre vers des fonds blancs, comme nuageux. Ces vastes espaces vierges, lesquels isolent les sujets pour encore mieux les valoriser, contribuent à faire respirer les compositions avec équilibre.anne-loubert-3.1259803537.jpg
Le regardeur, alors, peut revenir vers le regard intense de ces êtres à l’allure un peu fantomatique et qui semblent s’extraire péniblement d’un rêve. La finesse du coup de crayon, la juste touche, quoique imprécise, d’un lavis bien placé, et l’harmonieuse répartition des masses accouchent ensemble d’une oeuvre forte et originale.
Ann Loubert dessine sur le motif au fil de ses rencontres, aspirant à un renouvellement constant de son regard sur le monde. La fugacité et la légèreté de son trait elliptique donnent naissance à des figures denses et à des présences singulières. La ligne concise, souvent suspendue ou dédoublée, suggère le caractère éphémère de la scène, et exalte la vie tant physique que psychique de son modèle.
La proximité immédiate de la figure résulte de la perception profondément humaine de l’artiste sur le monde, ainsi qu’une recherche de dialogue permanent avec ce dernier. Les couleurs pastels restreintes,anne-loubert1.1259803935.jpg appliquées le plus souvent en tache, créent un rythme du regard, et nous révèlent le caractère profond et secret de ces moments privilégiés vécus par l’artiste aux côtés de ses modèles. Harmonie et tension, stabilité et mouvement, atténuations et accentuations, sont les composants essentiels à cette écriture plastique de l’altérité.

 

 

 

anne-loubert-4.1259803609.jpg

photos de l’auteur